mardi 3 mai 2016

L'absentéisme dans les hôpitaux sous le feu des media


22 hôpitaux sont mis à l'index concernant l'absentéisme  des personnels...


Décidément  les hôpitaux sont de plus en plus dans l'actualité mais hélas pas toujours vus par les media sous le meilleur des angles.

Une étude menée ( en 2014...) par l’Agence nationale d’appui à la performance hospitalière concernant l'absentéisme a fait l'objet d'articles  de presse qui pourraient apparaître très contreversés en cette période où les hôpitaux se réorganisent dans le cadre des regroupements hospitaliers voire même de fusions profitant de certaines confusions...
"Le Figaro" a lancé un pavé dans la marre dans son édition du 20 avril maintenant reste à savoir qui est éclaboussé le plus ?...

À noter que d'autres organes d'informations se sont emparé de ce sujet (Le Point, Le Parisien...) et qu'un reportage a été réalisé dans les locaux du Centre hospitalier de Fontainebleau et passé sur TF1 le 20 avril au Journal de 20 heures...

Les personnels hospitaliers quand ils doivent s'arrêter ce n'est pas pour le plaisir, c'est qu'ils n'en peuvent plus de travailler dans les conditions actuelles, alors il serait temps de s'attaquer aux causes réelles de l'absentéisme et non aux effets !

Un exemple : la direction de l'hôpital Delafontaine (à Saint Denis)  ne conteste pas que la moyenne des absences s'élève à 32,9 jours par an mais elle tient, toutefois, à le pondérer: « Cela concerne surtout la catégorie des ASH et les catégories C. Ce sont des absences pour longues maladies en général. » Les raisons d’un tel phénomène s’expliquent de plusieurs façons. Delafontaine est un établissement où la charge de travail est très lourde : on recense plus de 90.000 passages aux urgences par an. Les 2.000 salariés travaillent dans des conditions délicates...« Nous soignons une patientèle précaire et notre personnel connaît aussi des situations de précarité. Or nous avons constaté qu’il existait un lien entre précarité et absentéisme ».... À la suite d'un audit, la direction a mis en place plusieurs mesures, notamment le recrutement d’un « préventeur » pour une durée d’un an « Il est chargé d’identifier les risques psychosociaux auprès du personnel. » (source Le Parisien).

( À suivre)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire