"La Vie Hospitalière"

lundi 6 juillet 2020

Situation sanitaire au 6 juillet 2020


Coronavirus : 27 décès supplémentaires dans les hôpitaux en France, le bilan passe à 29.920 morts


La direction générale de la Santé (DGS) a annoncé ce lundi soir dans un nouveau bilan que 29.920 patients contaminés par le Covid-19 sont décédés depuis le 1er mars, soit 27 de plus que vendredi.
Le bilan du coronavirus approche les 30.000 morts. Depuis le dernier bilan quotidien de la DGS vendredi, 27 personnes infectées par le Covid-19 ont perdue la vie. 29.920 personnes sont décédées dont 19.423 en milieu hospitalier (+27) depuis le 1er mars.
Le bilan au sein des établissements sociaux et médico-sociaux comme les Ehpad reste quant à lui inchangé (10.497 morts), et sera mis à jour ce mardi.
D’autre part, 7.850 patients sont actuellement hospitalisés pour une infection au Covid-19 soit 50 de moins que vendredi. 98 nouvelles admissions ont aussi été enregistrées en l’espace de 24 heures.
Par ailleurs, 548 de ces malades sont dans un état grave en réanimation (-12) et 10 nouvelles personnes ont été admises dans ces services.
Quatre régions (Île-de-France, Grand-Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France – regroupent 74% des patients hospitalisés en réanimation. En Outre-Mer (Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte), on relève 218 hospitalisations, dont 45 en réanimation.




Source : actu17.fr
Pour plus d'informations 





Note de "La Vie Hospitalière"

Le nombre des personnes décédées avec l'étiquette covid-19 était de 29.893 vendredi en fin de journée... il n'y a pas eu de retour de données samedi et dimanche. Le nombre de personnes décédées présumées par la covid-19 apparaît être le plus bas puisqu'il  est rapporté sur une période de trois jours soit une moyenne de 9 personnes par jour.
Il est regrettable que le rapport sanitaire ne donne que les données liées au coronavirus...







Lire aussi : 










Une étude observationnelle sur 2.521 patients démontre que l'hydroxychloroquine peut avoir des résultats appréciables sur des cas graves


Il s’agit d’une étude rétrospective comparative de cohorte évaluant les résultats cliniques de tous les patients consécutifs hospitalisés au système de santé Henry Ford (HFHS) dans le sud-est du Michigan étant traités pour COVID-19. L’organisme est un vaste système de santé intégré à six hôpitaux; le plus grand des hôpitaux est un hôpital universitaire quaternaire de 802 lits dans la ville de Detroit, Michigan. L’approbation de cette étude a été accordée par la CISR de l’Hôpital Henry Ford 


Les patients ayant été admis dans le système de santé du 10 mars 2020 au 2 mai 2020 ont été inclus. Seule la première admission a été incluse pour les patients ayant plusieurs admissions. Tous les patients ont été hospitalisés par notre service d’urgence. Une admission liée à COVIDE a été définie comme une hospitalisation au cours de laquelle le patient a subi un test positif du SRAS-CoV-2. Le diagnostic avec le SRAS-CoV-2 a été confirmé par un test positif inverse-transcriptase-polymérase-chaîne-réaction (RT-PCR) d’un échantillon de nasopharyngé. Tous les patients évalués étaient âgés de 18 ans et plus et ont été traités comme patients hospitalisés pendant au moins 48 heures à moins qu’ils n’aient expiré dans la période. L’objectif principal était d’évaluer l’expérience de traitement avec l’hydroxychloroquine contre l’hydroxychloroquine + azithromycine, l’azithromycine seule, et d’autres traitements pour COVID-19. Les traitements étaient fondés sur le protocole, uniformes dans tous les hôpitaux et établis par un groupe de travail interdisciplinaire COVID-19 à l’échelle du système. L’hydroxychloroquine a été dosée comme 400 mg deux fois par jour pour 2 doses le jour 1, suivie de 200 mg deux fois par jour les jours 2-5. L’azithromycine a été dosée comme 500 mg une fois par jour le jour 1 suivi de 250 mg une fois par jour pour les 4 prochains jours. La combinaison de l’hydroxychloroquine + azithromycine a été réservée aux patients sélectionnés présentant le COVID-19 grave et avec des facteurs de risque cardiaque minimals. Un algorithme basé sur l’électrocardiogramme (ECK) a été utilisé pour l’utilisation de l’hydroxychloroquine. QTc>500 ms a été considéré comme un risque cardiaque élevé et, par conséquent, l’hydroxychloroquine a été réservée aux patients atteints d’une maladie grave avec surveillance de la télémétrie et des contrôles QTc en série. Les lignes directrices cliniques incluaient la thérapie immunomodulatoire auxiliaire avec des corticostéroïdes et du tocilizumab.La principale cause de mortalité chez les 460 patients était : 88% d’insuffisance respiratoire, 4% d’arrêt cardiaque (avec intervalle moyen de QTc de la dernière lecture d’ECG 471 ms), 8% d’autre arrêt cardiopulmonaire et de défaillance multi-organe. Aucun patient n’avait documenté des torsades de pointes.
Dans le modèle de régression multivariable de la mortalité cox utilisant le groupe ne recevant ni l’hydroxychloroquine ni l’azithromycine comme référence, le traitement par hydroxychloroquine à lui seul a diminué le rapport de risque de mortalité de 66 % (p < 0,001), et l’hydroxychloroquine + azithromycine a diminué le rapport de risque de mortalité de 71 % (p < 0,001). Nous n’avons pas trouvé d’importance statistique dans l’effet relatif de la thérapie auxiliaire et de la mortalité. Les prédicteurs de la mortalité étaient l’âge ≥ 65 ans (HR, 2,6 [IC à 95 % : 1,9, 3,3]), la race blanche (HR : 1,7 [IC à 95 % : 1,4, 2,1]), la MCK (HR, 1,7 [95 % CI : 1,4, 2.1]), réduction du niveau de saturation de l’O2 à l’admission (HR, 1,6 [IC à 95 %: 1,1, 2,2]), et l’utilisation du ventilateur lors de l’admission (HR, 2,2 [IC à 95 %: 1,4, 3,0]), qui étaient tous significativement associés à la mortalité due à la Covid-19.
(Extraits de l'étude)
L'étude Henry Ford a été publiée dans l'International journal of infectious diseases, elle est disponible intégralement.


Pour ne pas conclure :

Peter Navarro, conseiller de la Maison Blanche, a déclaré à CNN que l’étude montre que l’hydroxychloroquine fonctionne très bien si elle est administrée assez tôt. (disons que depuis le temps ce n'est plus un secret pour personne...)
« C’est un gros problème »...dit-il...   « Ce médicament peut littéralement sauver des dizaines de milliers, peut-être des centaines de milliers de vies américaines et peut-être des millions de personnes dans le monde entier. » Trump savait pourquoi il avait opté pour l'hydroxychloroquine, mais que de temps perdu  et de vies aussi...
Pour CNN "plusieurs autres études n’ont trouvé aucun avantage de l’hydroxychloroquine" il est vrai que CNN comme bien des médias ne vont pas au fond  des choses, des évidences et ne s'intéressent pas aux conflits d'intérêts qui peuvent avoir des influences très facheuses. 
Le plus grave c'est qu'arrivé à la fin du mois de juin, il y a un triste bilan, que de morts auraient pu être évités ! 
Où commencent les limites de la corruption, voire même dans le pire les limites qui s'apparentent de plus en plus à ce que l'on peut définir comme un crime contre l'humanité.


Le Docteur Has obtient 99,3 % de patients guéris...

Mais en France les malades se voient interdire ces médicaments qui peuvent les sauver d'une mort certaine dans bien des cas, si ce n'est pas un acte criminel c'est quoi ?





...

2022: un passeport de vaccination. L'UE garde le silence sur les documents suspects



Surprise, surprise, la Commission européenne (CE) avait une «Feuille de route sur la vaccination» prête des mois avant le déclenchement de la pandémie de COVID-19


La feuille de route devrait conduire à une «proposition de la Commission pour une carte / passeport de vaccination commune pour les citoyens de l'UE d'ici 2022».

Dernière mise à jour au cours du troisième trimestre de 2019, le document de 10 pages a été suivie, le 12 Septembre e , par un « sommet mondial de vaccination » organisée conjointement par la CE et l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Sous l'en-tête «Dix actions vers la vaccination pour tous - Chacun devrait pouvoir bénéficier du pouvoir de la vaccination», le manifeste du sommet déplore que:

"Malgré la disponibilité de vaccins sûrs et efficaces, le manque d'accès, les pénuries de vaccins, la désinformation, la complaisance envers les risques de maladie, la diminution de la confiance du public dans la valeur des vaccins et les désinvestissements nuisent aux taux de vaccination dans le monde entier."

Et avec eux, sans doute, les bénéfices des sociétés pharmaceutiques.

En juillet 2017, par exemple, l' Italie a rendu 12 vaccinations obligatoires pour les enfants . Par la suite, les prix de ces mêmes vaccins ont augmenté de 62% : d'un prix moyen par dose de 14,02 € à 22,74 €.

Le marché mondial de la vaccination représente actuellement 27 milliards USD par an. Selon les estimations de l'OMS, il atteindra 100 milliards USD d'ici 2025.

Étant donné que le sommet mondial de la vaccination CE-OMS a également discuté d'un programme de vaccination renouvelé pour 2030, les actionnaires de la grande pharma n'ont pas à s'inquiéter pour la performance à long terme de leur stock.

Il ne faut vraiment pas «nuire aux taux de vaccination dans le monde».

Le manifeste du sommet mondial de la vaccination énumère ensuite 10 «leçons (…) et actions nécessaires pour la vaccination pour tous».

Chaque «leçon» est un joyau de ce que le philosophe néo-marxiste italien Diego Fusaro appelle «le capitalisme thérapeutique».

Le libellé est impératif et ne laisse aucune place à la nuance et au débat. Des adjectifs tels que «tous» «tout le monde» «incontestablement» abondent. Les déclarations d'humeur conditionnelle sont absentes.

Plus qu'un plan d'action prudent, d'inspiration scientifique et ouvert au doute, le ton - «pour protéger tout le monde partout», «pour ne laisser personne derrière» - est inadéquatement messianique.

Qu'en est-il de ceux qui ne veulent pas être «protégés» de cette façon? Rien qu'en Allemagne, environ 10% de la population totale, soit 8 millions de personnes, sont fortement opposés à la vaccination Corona .

Mais regardons ce que nous pouvons apprendre, pour ainsi dire, de ces «leçons».

La leçon 1 commence par: «Promouvoir le leadership politique mondial et l'engagement envers la vaccination» - c'est ce que nous assistons actuellement, les gouvernements du monde entier suggérant que les masques et la distanciation sociale resteront en place jusqu'à ce qu'un vaccin pour Corona-Sars2 soit trouvé.

Et qu'en est-il des politiciens qui sont contre les vaccinations?

Est-ce que leurs électeurs seront informés, comme le commissaire au budget de l' UE Gunther Oettinger (en) l'a fait avec les électeurs italiens Lega en 2018, que "les marchés leur apprendront à voter pour la bonne chose?".

Une nouvelle pandémie éclatera-t-elle pour apprendre aux gens à voter pour la bonne chose?

La leçon 4, «S'attaquer aux causes profondes de l'hésitation au vaccin, accroître la confiance dans la vaccination», ressemble au schéma directeur d'une grande campagne de propagande, qui prévoit - nous lisons sur la feuille de route de l'UE sur les vaccinations - le «développement de la formation en ligne» des modules ciblant les médecins généralistes et les prestataires de soins de santé primaires se sont concentrés sur l'amélioration des compétences pour répondre aux populations hésitantes et promouvoir le changement de comportement ».

La leçon 5, «Exploitez le pouvoir des technologies numériques, afin de renforcer le suivi de la performance des programmes de vaccination», soulève, en temps de traçage des applications et des bracelets électroniques, des préoccupations légitimes quant à l'empiètement de la technologie dans nos vies - et nos corps .

De quelles technologies numériques parlons-nous? Peut-être une puce sous-cutanée, comme celle récemment brevetée avec le numéro à consonance satanique 060606 par la Fondation Bill et Melinda Gates?

La leçon 9 est, pour le journaliste non ordinaire, et pour la liberté d'expression en général, la plus menaçante [le type en gras est le mien]:

«Permettre aux professionnels de la santé à tous les niveaux ainsi qu'aux médias , de fournir au public des informations efficaces, transparentes et objectives et de lutter contre les informations fausses et trompeuses , notamment en s'engageant avec les plateformes de médias sociaux et les entreprises technologiques.»

Et voilà: la lutte contre les soi-disant Fake News est de retour. Plus de travail pour les «vérificateurs de faits» autoproclamés de Facebook .

Fake News est bien sûr Orwellian Newspeak pour toute information non alignée, quels que soient son contenu, ses origines et sa vérifiabilité.

En effet, le manifeste mondial sur la vaccination ne donne aucune définition des «informations objectives» ou des «informations fausses et trompeuses».

Si les vaccins sont aussi sûrs que l'UE et l'OMS le prétendent sans fournir de preuves, pourquoi le gouvernement américain a-t-il créé, déjà dans les années 1980, un organisme appelé National Vaccine Injury Compensation Program (VICP)?

Pour fournir, nous lisons dans le site officiel du VICP, "une alternative sans faute au système juridique traditionnel pour résoudre les pétitions de blessures par vaccin."

Avec beaucoup de succès, semble-t-il.

Entre le 10/01/1988 (lorsque le VICP a commencé à octroyer une indemnisation pour dommages) et le 06/01/2020 (dernières données disponibles), le VICP a accordé un total de USD 4 385 672 580,43 en réparation.

Ce chiffre exclut l'indemnisation résultant d'une action en justice effective, notamment des actions collectives, contre Big Pharma.

Mais, comme l' explique le documentariste italien Massimo Mazzucco , les autorités américaines ne se sont pas arrêtées là pour protéger Big Pharma d'une action en justice.

En 2010, une décision historique de la Cour suprême des États-Unis a cité le titre 42 du code américain ainsi:

«La loi élimine la responsabilité du fabricant pour un vaccin, effets secondaires inévitables et inévitables .»

La même décision précise:

«Aucun fabricant de vaccins ne sera responsable dans une action civile des dommages résultant de blessures ou de décès liés au vaccin associés à l'administration d'un vaccin après le 1er octobre 1988…

… Si la blessure ou la mort résulte d'effets secondaires inévitables même si le vaccin a été correctement préparé et accompagné de directives et d'avertissements appropriés »

1988 a bien sûr été l'année au cours de laquelle le Programme national d'indemnisation des victimes des vaccins a commencé à accorder des compensations aux victimes de blessures par vaccin, ce qui a épargné des maux de tête juridiques à Big Pharma.

Comme le souligne la biologiste des systèmes, le Dr Shiva Ayyadurai , l'impossibilité de poursuivre les sociétés pharmaceutiques au sujet des vaccins, combinée à la baisse des bénéfices des ventes de médicaments, a transformé les vaccins en nouveau modèle commercial de Big Pharma.

Et maintenant, l'UE et l' OMS financée par Bill Gates l'acceptent .

«Le gouvernement de l'État moderne», a écrit Karl Marx dans son Manifeste communiste, «n'est qu'un comité de gestion des affaires communes de toute la bourgeoisie».

Si Marx était vivant aujourd'hui, il aurait pu conclure que la gouvernance par une organisation internationale n'est qu'un comité pour gérer les affaires communes des élites mondiales.

Article de Daniele Pozzati



Source : strategic-culture.org
Pour plus d'informations 




...

Traitement avec hydroxychloroquine Taux de mortalité probants chez les patients Covid-19, selon une étude américaine


DÉTROIT - Selon une nouvelle étude publiée par Henry Ford Health System, le traitement par hydroxychloroquine réduit considérablement le taux de mortalité chez les patients malades hospitalisés avec Covid-19 - et sans effets secondaires liés au cœur 

Dans une analyse rétrospective à grande échelle de 2.541 patients hospitalisés entre le 10 mars et le 2 mai 2020 dans les six hôpitaux du système, l’étude a révélé que 13 % des patients traités à la seule hydroxychloroquine sont décédés, comparativement à 26,4 % qui n’ont pas été traités avec de la chlorhydroquine. Aucun des patients n’avait documenté des anomalies cardiaques sérieuses, cependant, les patients ont été surveillés pour une condition cardiaque systématiquement indiquée comme raison d’éviter le médicament comme traitement pour Covid-19. 
L’étude a été publiée aujourd’hui dans l’International Journal of Infectious Diseases, la publication en ligne en libre accès de l’International Society of Infectious Diseases (ISID.org). 
Les patients traités avec de l’hydroxychloroquine à Henry Ford répondaient à des critères de protocole spécifiques tels que décrits par la Division des maladies infectieuses du système hospitalier. La grande majorité a reçu le médicament peu de temps après l’admission; 82 % dans les 24 heures et 91 % dans les 48 heures suivant l’admission. Tous les patients dans l’étude étaient 18 ou plus avec un âge médian de 64 ans ; 51% étaient des hommes et 56% des Afro-Américains. 
« Les résultats ont été fortement analysés et examinés par les pairs », a déclaré le Dr Marcus Zervos, chef de division des maladies infectieuses pour Henry Ford Health System, qui a co-écrit l’étude avec l’épidémiologiste Henry Ford Dr Samia Arshad. « Nous attribuons nos résultats qui diffèrent des autres études au traitement précoce, et une partie d’une combinaison d’interventions qui ont été faites dans les soins de soutien des patients, y compris la surveillance cardiaque soigneuse. Notre dosage différait également des autres études ne montrant pas un avantage de la drogue. Et d’autres études ne sont pas évaluées par des pairs, ont un nombre limité de patients, des populations de patients différentes ou d’autres différences de nos patients. 
Zervos a déclaré que le potentiel d’une poussée à l’automne ou plus tôt, et les infections continuent dans le monde entier, montrent une urgence à identifier des thérapies et des préventions peu coûteuses et efficaces. 
« Nous sommes heureux d’ajouter à la base de connaissances scientifiques sur le rôle et la meilleure façon d’utiliser les thérapies alors que nous travaillons dans le monde entier pour fournir un aperçu », a-t-il déclaré. « considéré dans le contexte des études actuelles sur l’utilisation de l’hydroxychloroquine pour Covid-19, nos résultats suggèrent que le médicament peut avoir un rôle important à jouer dans la réduction de la mortalité Covid-19. » 
L’étude a également constaté que les personnes traitées avec de l’azithromycine seule ou une combinaison d’hydroxychloroquine et d’azithromycine s’en sont également mieux tirées que celles qui n’ont pas été traitées avec les médicaments, selon les données de Henry Ford. L’analyse a révélé que 22,4 % des personnes traitées uniquement à l’azithromycine sont mortes, et 20,1 % ont été traitées avec une combinaison d’azithromycine et d’hydroxychloroquine est décédée, comparativement à 26,4 % des patients mourants qui n’ont pas été traités avec l’un ou l’autre médicament. 
« Notre analyse montre que l’utilisation de l’hydroxychloroquine a permis de sauver des vies », a déclaré le neurochirurgien Dr Steven Kalkanis,chef de la direction, Henry Ford Medical Group et vice-président principal et chef de la direction académique de Henry Ford Health System. « En tant que médecins et scientifiques, nous nous tourneons vers les données pour obtenir des renseignements. Et les données ici sont claires qu’il y avait des avantages à utiliser le médicament comme un traitement pour les malades, les patients hospitalisés. 
Dans l’ensemble, les patients du système hospitalier de l’étude ont connu un taux de mortalité à l’hôpital de 18,1 %. Quel que soit le traitement, la mortalité était la plus élevée :  

Patients de plus de 65 ans
Les patients qui se sont identifiés comme caucasiens, 
Les patients admis avec des niveaux réduits d’oxygène, 
Patients qui ont eu besoin d’admission aux soins intensifs. 
Les patients décédés souffraient généralement de maladies sous-jacentes graves, y compris des maladies rénales et pulmonaires chroniques, et 88 % mouraient d’une insuffisance respiratoire. 
À l’échelle mondiale, la mortalité globale due au SRAS-COV-2 est estimée à environ 6 % à 7 %, la mortalité chez les patients hospitalisés variant entre 10 % et 30 %, selon l’étude. La mortalité aussi élevée que 58% a été vue parmi les patients nécessitant des soins intensifs et la ventilation mécanique. 

Selon les Centers for Disease Control & Prevention des États-Unis, l’hydroxychloroquine (également connue sous le nom de sulfate d’hydroxychloroquine) est un médicament antiarthritique approuvé par la Food & Drug Administration (FDA) des États-Unis qui peut également être utilisé pour prévenir ou traiter le paludisme. Il est disponible aux États-Unis sur ordonnance seulement. Le médicament est vendu sous la marque Plaquenil et il est également vendu comme un médicament générique. Il est couramment utilisé par les patients atteints d’arthrite, lupus ou d’autres affections rhumatismales. 
Le Dr Zervos a également souligné, comme le document, que les résultats de l’étude devraient être interprétés avec une certaine prudence, ne devraient pas être appliqués aux patients traités en dehors des milieux hospitaliers et nécessitent une confirmation supplémentaire dans des essais contrôlés randomisés prospectifs qui évaluent rigoureusement l’innocuité et l’efficacité du traitement hydroxychloroquine pour Covid-19
« À l’heure actuelle, le médicament ne devrait être utilisé que chez les patients hospitalisés qui font l’objet d’une surveillance appropriée et dans le cadre des protocoles d’étude, conformément à toutes les réglementations fédérales pertinentes », a déclaré le Dr Zervos. 
Henry Ford Health System, en tant que l’un des principaux centres médicaux universitaires de la région avec plus de 100 millions de dollars en financement annuel de la recherche, participe à de nombreux essais Covid-19 avec des partenaires nationaux et internationaux. 
Henry Ford Health System est actuellement également impliqué dans une étude prophylactique hydroxychloroquine: « Will Hydroxychloroquine Hinder or Prevent Covid-19, » ou WHIP Covid-19. L’étude est un examen randomisé et à double insu de 3.000 personnes pour déterminer si l’hydroxychloroquine empêche les travailleurs de la santé et les travailleurs de première ligne de contracter le virus Covid-19. L’équipe WHIP Covid-19 travaille sur l’expansion des sites d’étude alors qu’il ya une accalmie dans le nombre de cas Covid-19 dans le sud-est du Michigan. Ceci est en préparation pour une augmentation potentielle des cas de Covid-19 à l’approche de la saison de la grippe d’automne, avec des sites supplémentaires disponibles pour l’inscription pratique des travailleurs de la santé et des premiers intervenants. L’équipe WHIP Covid-19 prend également ce don de temps pour atteindre d’autres régions du monde qui voient une floraison de cas: le Brésil et l’Argentine. Il y a actuellement 619 personnes inscrites à l’étude, sur un objectif de 3.000. 

À propos de Henry Ford Health System : 

Sous la direction du président et chef de la direction Wright L. Lassiter, III, Henry Ford Health System est un système de santé intégré de 6,5 milliards de dollars composé de six hôpitaux, d’un plan de santé et de plus de 250 sites, y compris des centres médicaux, des cliniques de soins sans rendez-vous et d’urgence, des pharmacies, des établissements de soins oculaires et d’autres établissements de soins de santé. Fondé en 1915 par le pionnier de l’industrie automobile Henry Ford, le système de santé compte aujourd’hui 32.000 employés et abrite le Groupe médical Henry Ford, l’un des plus anciens groupes de médecins du pays. 2.200 médecins supplémentaires sont également affiliés au système de santé par l’entremise du Henry Ford Physician Network. Participant actif à l’éducation et à la formation médicales, le système de santé a formé près de 40 % des médecins qui pratiquent actuellement dans l’État et offre également de l’éducation et de la formation à d’autres professionnels de la santé, y compris les infirmières, les pharmaciens, la radiologie et les techniciens respiratoires. 

Source : henryford.com
Pour plus d'informations 







Tiens ?...comme le vent tourne...









...

La députée Wonner Martine dénonce les incohérences sanitaires


Inquiétudes et interrogations 


Voilà une élue qui n'a pas la langue dans sa poche. Retour sur la crise, sur ses prises de positions qui l'ont fait exclure du parti présidentiel. Mais aussi des ses actions présentes, et surtout ses inquiétudes et interrogations...Àregarder jusqu'à la fin pour être parfaitement informés de ce qu'il se passe. 








https://hooktube.com/v8Hve_OaaO4



" On est très largement au-delà des 45.000 personnes qui ont perdue la vie en France..."

55:06 



"... on parle d'un certificat d'immunité pour circuler, c'est abominable et je l'ai cité hier dans la discussion générale en disant que ça fait vraiment penser aux heures les plus noires de l'histoire  qui n'est pas si lointaine que ça ..."

Docteur Martine Wonner

1:11:31


...

dimanche 5 juillet 2020

Situation sanitaire au 5 juillet 2020

Faute d'avoir  des données depuis hier des autorités sanitaires, nous avons publiée la situation sanitaire de la Guyane (1), aujourd'hui nous publions celle de La Réunion


Coronavirus : onze nouveaux cas, dont 5 autochtones, à La Réunion

La préfecture de La Réunion et l'ARS annoncent onze nouveaux cas de Covid-19 enregistrés ce dimanche 5 juillet. Cinq sont des cas autochtones. La Réunion compte désormais 547 cas, depuis l'apparition du virus en mars dernier
La préfecture de La Réunion et l'Agence Régionale de Santé annoncent onze nouveaux cas de Covid-19 enregistrés, ce dimanche 5 juillet.
Cinq cas autochtones 
Quatre cas sont des cas autochtones en lien avec un cas précédemment annoncé au sein d’une même famille. Un autre cas est autochtone sans lien avec d’autres cas connus.
Deux des nouveaux cas du jour sont des cas importés testés à leur arrivée à l’aéroport, deux autres sont des cas importés testés 7 jours après leur arrivée.  Deux cas sont en cours d’investigation. Depuis l’apparition du premier cas le 11 mars dernier, 547 cas ont été enregistrés au total à La Réunion. 
72% de cas importés
Selon la préfecture de La Réunion, 543 cas ont été investigués à cette heure par l’ARS, Santé publique France et l'Assurance Maladie. Les cas importés représentent 72 % des cas.
- 392 cas importés (personnes qui ont contracté la maladie en dehors du territoire) dont 36 cas issus d'une évacuation sanitaire au titre de la solidarité régionale
- 76 cas autochtones secondaires (personnes ayant un lien direct avec des cas importés)
- 75 cas autochtones (personnes ayant un lien indirect ou n’ayant aucun lien avec un cas importé)
Trois patients en réanimation
Ce dimanche 5 juillet, trois patients atteints de la Covid-19 et issus d'évacuations sanitaires, sont hospitalisés en service de réanimation. Par ailleurs, dix-huit autres patients sont hospitalisés dans d'autres services au CHU de La Réunion, onze d'entre eux sont issus d'évacuations sanitaires. Deux personnes atteintes par le coronavirus sont décédées.
Près de 4.000 personnes contact identifiées
Près de 4 000 personnes appelées individuellement et suivies par le biais du "contact-tracing". Le "contact-tracing" est un dispositif qui a pour objectif d’identifier et de rappeler toutes les personnes ayant été en contact proche avec un cas confirmé de Coronavirus pendant sa période de contagiosité (on parle de "sujets contacts" ou de "contacts").
Ces personnes font l’objet d’une enquête téléphonique au cours de laquelle est évalué leur état de santé et leur est précisé l’importance de :
 -Respecter un isolement strict (quatorzaine). 
- Surveiller quotidiennement leur état de santé.
- Appeler immédiatement le 15 ou son médecin traitant en cas d’apparition de symptômes.
- Porter un masque en cas de contact en face à face avec d’autres personnes.


Source : la1ere.francetvinfo.fr



Pour La Réunion le taux de létalité est de 0,37 % ce qui comparé à l'hexagone ( 15,99 % ) se passe de commentaire mais ils continuent de plus belle dans le catastrophisme …
Il va falloir mettre un terme à toutes ces manipulations médiatiques qui deviennent de plus en plus pénibles.
L'heure est maintenant plus raisonnablement à un autre type de prophylaxie…il faut savoir éradiquer le mal dans tous ses états quand le moment est venu.

1) On peut apprécier comment la presse mainstream dans ses articles a tendance à créer un climat anxiogène, très loin bien évidemment de rassurer nos compatriotes, mais ceci fait partie du programme diabolique qui malgré  les indices qui démontre que non seulement la covid-19 a perdue de sa virulance mais encore la courbe relative à sa mortalité est descendante.









Lire aussi :