mercredi 5 décembre 2012

Le cancer…une maladie chronique ?...


Monsieur François Hollande a déclaré lors des quatrièmes rencontres de l’Institut national du cancer (Inca) à la Cité universitaire, à Paris : "Le cancer va devenir une maladie chronique, c'est-à-dire avec une prise en charge, de plus en plus, au domicile"
« Nous devons repenser les lieux d'accueil des patients et concevoir un dispositif de financement qui prenne en compte à leur juste coût les activités ambulatoires en cancérologie et en particulier les soins innovants » ….

Pour Monsieur François Hollande « le cancer va devenir une maladie chronique » mais il serait de bon usage de demander ce que les patients et les familles (1) pensent des soins ambulatoires en oncologie… après la chirurgie ambulatoire que l’on impose petit à petit...avec ses risques pour les patients  l’oncologie…à domicile… prendrait plus de place, il n’y a plus qu’à transformer une pièce de son appartement en salle de soins et pourquoi pas créer sa propre infirmerie ?…

Non Monsieur François Hollande la Santé ne se résume pas dans le cadre strict des impératifs budgétaires, vous suivez la politique engagée par le précédent gouvernement la preuve est que la loi HPST n’a pas été abrogée, et que certaines mesures risquent de porter atteinte à des services hospitaliers publics !

Les citoyens et citoyennes payent des impôts et ces derniers se doivent de servir l’intérêt général et il y a beaucoup à faire en ce qui concerne certes l’Éducation mais aussi la Santé (Ô combien oubliée dans les discours politiques …)… il y a de plus en plus un droit des Français qui est  spolié : celui de l’accès aux soins pour tous… certes ce Plan cancer 2014-2018 (le troisième du genre)  est axé sur une lutte contre les inégalités, mais « les nouveaux enjeux liés aux progrès médicaux » ne doivent pas s’engager vers une restructuration des soins déguisée pour la cause, les hôpitaux sont déjà bien mis à mal par une politique qui met en avant et prioritairement la rentabilité… ?...voire qui favorise des intérêts privés lucratifs (les exemples ne manquents pas).

Beaucoup de personnes acceptent déjà très mal les soins prodigués dans les hôpitaux et cliniques quand elles sont atteintes de pathologies dont les traitements sont lourds, alors l’intrusion de personnels paramédicaux (2) dans leur espace privé de vie est un point qui demande bien plus de recul que des propos tenus dans un simple discours et puis Monsieur le Président, avec tout le respect que l’on vous doit, permettez-nous de vous rappeler que le cancer n’est pas une simple maladie chronique comme vous l’avez déclaré lors de votre discours à Paris, les soins et traitements demandent une surveillance sérieuse et de tous les instants pour certains cancers lors de chimiothérapie notamment.


1)  Il est difficile souvent pour les proches de se substituer aux soignants, et, de toutes les manières ce n'est pas leur rôle.
2)  Des services de chimiothérapie ambulatoire existent depuis des années, nous connaissons des établissements qui ont des équipes spécialisées pour les traitements et soins (souvent composées d’un médecin oncologue, d'un cadre infirmier et d’infirmières), il  faut comparer que ce qui est comparable...(comprenne qui veut).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire