jeudi 27 octobre 2016

Le 8 novembre : On sort les CROCS !



La Sécu… C’est l’affaire de toutes et tous !


Au moment où le gouvernement présente au parlement ce Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale qui renforcera l’Hôstérité pour 2017, il faut sortir les crocs.
Le 8 novembre 2016, La Fédération SUD Santé Sociaux appelle à la grève et à une mobilisation d’ampleur pour en finir avec les politiques d’austérité.
La Sécurité Sociale contribue au financement de nos établissements. Son budget, fixé par le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS), et détermine les conditions de prises en charge des usagers et les conditions de travail des salarié(e)s et leurs salaires.
Lors de sa présentation, Mme Touraine, Ministre de la Santé et des Affaires Sociales, en a profité pour annoncer un retour à l’équilibre des comptes, sur le dos des salarié(e)s et des prestations pour les citoyen(ne)s.
Mardi 8 novembre 2016, ce sont tous les salariés des établissements publics, du social et médico-social, des secteurs sanitaires privés, et du secteur lucratif qui doivent se retrouver ensemble dans la rue et dans l’action partout en France !
 Pour nos salaires, nos statuts, nos Conventions Collectives,  nos conditions de travail...


SUD Santé Sociaux demande au Ministère de la santé la prise en compte des revendications suivantes : 
Défense et amélioration des Conventions Collectives du secteur.
Abrogation de la Loi HPST. 
Abrogation de la Loi santé. 
Abandon de la "territorialisation" de l’offre de soins, des GHT et des restructurations. 
Arrêt des fermetures de lits et des suppressions de postes. 
Fin des enveloppes limitatives et abandon du plan ONDAM triennal de 3,5 milliards d’économies sur les hôpitaux.
L’octroi des moyens budgétaires pour permettre aux établissements sanitaires et médico-sociaux, des secteurs public et privé, d’assurer leur mission de service public, d’investir. 
La résorption effective des emplois précaires dans tous les secteurs. 
Ouverture de vraies négociations sur les carrières et les grilles indiciaires pour les agents publics et une revalorisation salariale des salarié-es du privé; avec un SMIC à 1700€ net pour tous et toutes. 
Abrogation des ordres professionnels. 
Un plan ambitieux de formation initiale et continue.
Abandon du projet de la réingénierie des métiers du social. 
Non au hold-up sur les fonds de Formation financés par le salaire différé (150 millions en 2016 et 150 millions en 2017, qui constituent les fonds de réserve de l’ANFH).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire