vendredi 8 avril 2016

Journée mondiale de la maladie de Parkinson



La journée du 11 avril est  dédiée spécifiquement aux ruptures de soins cette année,  elle est l’occasion de rappeler au grand public que la maladie de Parkinson n’est pas une maladie rare.  Ainsi, dans toute la France, les institutions publiques et associations, notamment l’association France Parkinson, sont disponibles pour recevoir et informer le public sur cette affection grave.


Tout au long de l’année, les chercheurs de l’Inserm se mobilisent pour mieux comprendre cette maladie et développer de nouvelles thérapies.
Toujours dans le cadre de la journée mondiale de la maladie de Parkinson, le ministère de la Santé se mobilise toute la semaine, notamment sur les réseaux sociaux, pour sensibiliser le grand public sur les symptômes et les conséquences de la maladie et lutter contre les préjugés qui accompagnent souvent les malades de Parkinson.

Cette maladie touche plus de 150.000 personnes en France et reste peu comprise du grand public. Souvent réduite aux tremblements, la maladie de Parkinson est une maladie invalidante : symptômes moteurs (raideur, lenteur et perte d’équilibre) et symptômes non moteurs (troubles gastro-intestinaux, difficultés à parler et dépression).
Issu d’une large concertation avec les acteurs du secteur, un plan maladies neuro-dégérératives a été lancé en 2014. Il comprend 3 grandes priorités pour chacune des trois maladies concernées (Parkinson, la sclérose en plaques et Alzheimer) : 

- Améliorer le diagnostic et la prise en charge des malades.
- Assurer la qualité de vie des malades et de leurs aidants.
- Développer et coordonner la recherche.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire