lundi 11 avril 2016

Des députés s'inquiètent des conséquences des GHT


Marisol TOURAINE a été interpellée, mardi 29 mars, Lors de la séance des Questions d'actualité au Gouvernement,  la ministre de la Santé a répondue à une question (1) d'un député du Loiret concernant la refonte de la carte hospitalière, qui se concrétise à la faveur de la création des groupements hospitaliers de territoire (GHT).
La ministre de la Santé a assurée qu'aucune restructuration en force était avancée : « Il ne s'agit pas de réorganiser en force l'offre hospitalière dans notre pays (…) Il pourra continuer demain comme hier à avoir des hôpitaux locaux et des hôpitaux de proximité (…)», a-t-elle insisté, heureusement que les hôpitaux de proximité et les petits établissements ne seront pas menacés si l'on en croit les propos de la ministre...(2)...
Rappelons qu'en mars 2015 déjà, le magazine « Challenges » avait déjà publié un article  qui laissait entendre  que le gouvernement préparait des restrictions de la masse salariale de l’ordre de 860 millions d'euros pour les hôpitaux, soit quand même l’équivalent de 22.000 postes (en équivalent temps plein) dans la fonction publique hospitalière... "...le développement de la chirurgie dite "ambulatoire", sans nuit à l’hôpital, doit générer 400 millions et la réduction des durées d’hospitalisation 600 millions. Le ministère affiche un objectif ambitieux de 57% d’opérations effectuées en ambulatoire en 2017, contre 43 % aujourd’hui, et estime à 15.000 le nombre de "réhospitalisations" (2) qui pourraient être évitées."
"Le sujet est explosif, confie un connaisseur du dossier, puisque ces gains reposent majoritairement sur la réduction des dépenses de personnel". Le ministère de la Santé table sur une "maîtrise de la masse salariale" de l’ordre de 860 millions soit l’équivalent de 22.000 postes et 2% des effectifs de la fonction publique hospitalière..."
Pour en revenir au GHT, Marisol TOURAINE a prévus 10 millions de crédits supplémentaires, un comité de suivi et...un calendrier le plus souple possible...
Cette vaste refonte de la carte hospitalière qui est inscrite dans le cadre des GHT conformément aux dispositions de la loi Santé semble inquiéter bien des directeurs, médecins, hommes politiques... et, les syndicats des personnels voient dans ces regroupements des fusions d'établissements hospitaliers publics dans certains cas qui pourraient entraîner des restructurations en profondeur avec une incidence certaine pour les effectifs qui sont déjà au minimum  dans la plupart des services.

On y arrive doucement à cette refonte insidiueuse et malsaine du secteur public hospitalier, et nous devons, tous professionnels de santé et usagers être très attentifs sur les conséquences à venir de telles ou telles orientations dictées plus par le profit que dans l'intérêt général !




2) Pour nous quand la ministre de la Santé déclare que les hôpitaux de proximité ne seront pas menacés, sa parole peut  faire l'objet de bien des doutes, en effet il est de plus en plus évident qu'une orientation favorisant l'hospitalisation à domicile est contradictoire avec l'essor des  établissements de santé qui vivent principalement d'une occupation des lits.
Un hôpital debout ? Un hôpital avec de moins en moins d'hospitalisations c'est aussi la mise à mort des petites structures, la fermeture de services (par la force des choses...) et bien évidemment des impacts néfastes sur les emplois, et, l'économie locale, mais certains sauront tirer profits de ces orientations... quant à l'intérêt général dans tout ceci :  il apparaît bien éloigné de toutes ces manipulations qui ne disent pas leurs noms... 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire