mercredi 17 août 2011

Urgences, maternités et dérive budgétaire...

Après l'Association des Médecins Urgentistes de France (AMUF) qui en juillet s'inquiétait d'un afflux des demandes d'hébergement d'urgence à l'hôpital, et demandait au gouvernement de renforcer la présence d'assistantes sociales dans les services d'urgences et les maternités,  c'est au tour du Syndicat National des Pédiatres Hospitaliers (SNPEH) de dénoncer par un communiqué la situation  qui s'aggrave en France pour les personnes en situation de précarité : "Ce n'est évidemment pas la mission des urgences hospitalières que de prendre en charge des personnes dont l'état de santé n'est pas la préoccupation première..." et de rappeler qu'il faut des mesures urgentes pour faire face  à "cet inacceptable dysfonctionnement..."

La Fédération Hospitalière de France (FHF) estime pour sa part qu'il est  nécessaire de financer enfin de manière pérenne et avec un souci d'équité  les Missions d'Intérêt Général et d'Aide à la Contractualisation (MIGAC) par une "très forte augmentation de leur enveloppe dans le cadre du Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) 2012"...

Il est vrai que les situations sociales difficiles  ne sont pas rentables, comprenez : "ne sont pas privatisables"...il y a toutefois urgence  à ce que le gouvernement prenne des mesures budgétaires aidant les services publics hospitaliers qui ont des difficultés croissantes et qui ne vont pas en s'améliorant compte tenu des "orientations sociales" prises pour ne pas écrire autre chose...




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire