vendredi 17 juillet 2015

La CGT, FO, SUD Santé-Sociaux, et l' UNSA interpellent la ministre de la Santé concernant les risques pour la santé du travail en 12 heures.

Lors de la réunion du 9 Juillet 2015 du groupe de travail sur l’organisation du travail en 12 heures dans la Fonction Publique Hospitalière, la représentante du Ministère de la Santé a enfin reconnu les effets néfastes sur la santé de la mise en place du travail en 12 heures pour les personnels.

En effet, la synthèse des études scientifiques démontre une fatigue plus importante, une augmentation des TMS (troubles musculo-squelettiques), une dette de sommeil qui contribue à différents dérèglements hormonaux, des troubles cardiaques, à un risque d’erreur accru dans les soins, à des accidents d’expositions aux sang augmentés et des risques d’accident de trajet plus importants, etc…

En reconnaissant expressément les risques ci-dessus exposés, le Ministère de la Santé se doit de suspendre la prolifération d’une telle organisation du travail au sein des établissements de la FPH et d’exiger qu’elle soit accompagnée immédiatement de mesures protectrices de la santé et de la sécurité des personnels concernés.

Les 4 Organisations Syndicales ( CGT, FO, SUD et UNSA,), qui représentent près de 70% des personnels hospitaliers, interpellent donc directement Madame la Ministre des Affaires Sociales, de la Santé et des Droits des Femmes pour obtenir un moratoire sur l’organisation du travail en 12 heures et pour rappeler la responsabilité des employeurs de la Fonction Publique Hospitalière qui soumettent les personnels à des risques professionnels avérés et supplémentaires dus à l’organisation du travail en 12 heures conformément aux articles L.4121-1 et suivants du Code du Travail.

Montreuil, le 15 Juillet 2015

(Communiqué de presse)

 
Note de "La Vie Hospitalière" : 

Arrêtons aussi une certaine forme d'hypocrisie de circonstance car dans la pratique  il faut aussi mettre en avant le fait que le travail en 12 heures c'est en définitive bien plus que 12 heures de travail effectif par jour, en toute illégalité ! Dont une partie fait appel au bénévolat par pure conscience professionnelle des personnels des services de soins, c'est une situation inqualifiable...le temps de l'esclavagisme est loin d'être révolu...
En effet il n'est pas pris en compte la nécessité des transmissions entre les équipes de travail, et là c'est la petite goutte d'eau (pour ne pas écrire "de sueur") qui fait déborder le vase, il faut bien 30 minutes pour faire des transmisssions correctes, donc les personnels travaillent en réalité 12 heures 30 payées 12 heures !
Les "risques d’accident de trajet plus importants" peuvent très bien ne pas être pris en considération comme accident de trajet, un jour qui ne sera pas fait comme un autre...
Alors les 12 heures (surtout dans le milieu de la santé qui nécessite une attention de tous les instants auprès des patients) qui sont en fait 12 heures 30 de travail effectif si l'on prend en considération le temps nécessaire aux transmissions (en moyenne) c'est le grand n'importe quoi, surtout que la santé au travail se doit d'être privilégiée.
Avec le temps ces "12 heures" auront un prix à payer et nous nous étonnons que tous ces "décideurs" n'aient pas pris en considération les effets secondaires, qui eux seront bien plus préoccupants...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire