mardi 28 mai 2013

Manifestons à Paris le 15 juin, la Santé n'est pas une marchandise!


Selon une étude publiée lundi par un observatoire citoyen indépendant, plus de six mois après la signature d’un accord visant à limiter certaines dérives, on ne peut que constater que les dépassements d’honoraires en médecine libérale sont en augmentation, si c'est pas se moquer des citoyens, c'est quoi?.

Pourtant le gouvernement prétendait il y peu encore les observer, les contenir...?

L’accord conclu le 23 octobre 2012 entre l’Assurance maladie, les syndicats de médecins libéraux et les complémentaires santé prévoyait notamment la création d’un observatoire sur les pratiques tarifaires qui n’a pour l’heure pas encore été mis en place.

Pour pallier ce manque, le magazine " 60 millions de consommateurs", le "Collectif interassociatif sur la santé"  (CISS), et "Santéclair" ont créé lundi un observatoire citoyen et indépendant des "restes à charge en santé".

Selon sa première étude, les français ont versé l’an dernier 40 milliards d’euros aux professionnels de santé libéraux (médecins généralistes et spécialistes, chirurgiens dentistes, infirmiers, masseurs kinésithérapeutes, orthophonistes, orthoptistes). "Sur ces 40 milliards d’euros, 27 milliards sont remboursés par l’Assurance maladie et 13 milliards restent à la charge du patient ou de son assurance complémentaire", note l’observatoire. "Sur ce total, plus de 7 milliards d’euros sont imputables aux seuls dépassements d’honoraires."

 Les dépassements des spécialistes de secteur 2, autorisés à facturer des dépassements d’honoraires, ont augmenté de 9 % entre 2010 et 2012 pour atteindre 2,1 milliards d’euros.
Les dépassements d’honoraires sont les plus élevés en région parisienne, en région Rhône-Alpes et dans les Alpes-Maritimes. "Dans certains départements ou certaines villes, il est même quasi impossible de faire appel à un chirurgien ou un ophtalmologiste en secteur 1" qui appliquent les tarifs de la sécurité sociale, souligne l’Observatoire.

Une  manifestation nationale aura lieu à Paris le 15 juin 2013, de la Place de la Bastille à  la Place de la Nation, pour exiger le retour aux principes fondateurs de la Sécurité sociale, le droit à la santé pour tous, bafoué par les politiques qui ont de près ou de loin toujours de petits intérêts (selon "La Vie Hospitalière") qui vont de plus en plus contre l'intérêt général de tous les citoyens.

Il n'y a pas un jour où de "nouvelles mesures" (qui vont toutes dans le même sens) aggravent les possibilités d'accès aux soins des français, on a encore un dernier exemple avec des médicaments qui pourraient ne plus être remboursés par la Sécurité Sociale, pour "La Vie Hospitalière" il est temps de prendre son avenir et devenir en mains.

 Il est évident que  la plupart  des hommes politiques actuels sont dans l'incapacité de représenter les intérêts des citoyens, ils sont tous de la même école et c'est bien là le pire...




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire