dimanche 27 avril 2014

Équateur: Il faut que cesse la persécution des militants sociaux et syndicaux !



L’ancien dirigeant d’une organisation affiliée à l’Internationale des Services Publics en Équateur (ISP), le Docteur Carlos Figueroa, et deux autres militants syndicaux dont Mary Zamora, présidente du Syndicat National des Enseignants, affilié à l’Internationale de l’Éducation, ont été condamnés à des peines de prison après avoir critiqué l’action du gouvernement.

Le Docteur Carlos Figueroa

La Commission Américaine des Droits de l’Homme vient de prononcer des recommandations de précaution les concernant, auxquelles le gouvernement refuse de se conformer.
La fédération internationale ISP demande aux syndicalistes et aux défenseurs des droits de l’homme, d’écrire au Président Rafaël Correa, exigeant que son gouvernement applique ces mesures en faveur des détenus et mette immédiatement fin à la persécution des militants sociaux et syndicaux.
appelant le Président Correa à libérer le Docteur Carlos Figueroa, ancien dirigeant de la Fédération Médicale Équatorienne, Cléver Jiménez Cabrera su mouvement parlementaire Pachakutik, son conseiller, Fernando Villavicencio Valencia, ancien dirigeant du Syndicat des Ouvriers du Pétrole, et Mary Zamora, ex-présidente du Syndicat National des Enseignants.

Ils avaient demandé au Procureur d’enquêter sur l’origine d’une instruction présidentielle ordonnant une intervention militaire pour le « sauver » de l’Hôpital de la Police Nationale à Quito, durant une crise politique en septembre 2011. Plusieurs personnes sont mortes des suites de cette action violente des militaires.

Correa a accusé les syndicalistes de « piratage » de ses courriels; ils affirment agir dans le cadre d’une investigation contre la corruption.

L’Internationale des Services Publics, une fédération internationale représentant des millions de travailleurs du secteur public, organise une campagne internationale en ligne sur LabourStart.

Merci de prendre quelques instants pour envoyer un message réclamant la libération des syndicalistes en cliquant ici.




Ci-dessous pour information la lettre type proposée qui peut servir de base:

"Je vous fais part de ma désapprobation concernant les peines de prison infligées au Dr. Carlos Figueroa, ancien dirigeant de la Fédération Médicale Équatorienne, Cléver Jiménez Cabrera su mouvement parlementaire Pachakutik, son conseiller, Fernando Villavicencio Valencia, ancien dirigeant du Syndicat des Ouvriers du Pétrole, et Mary Zamora, ex-présidente du Syndicat National des Enseignants, pour avoir critiqué l’action du gouvernement en Équateur. Ces peines furent prononcées par un juge de la Cour criminelle. Un appel a été refusé par la Division Criminelle de en Équateur. 
Ces peines furent prononcées par un juge de  la Cour National de Justice dans une action en diffamation intentée par vos soins suite à une requête formulée auprès du Procureur Public, en août 2011, lui sollicitant une enquête sur des événements survenus à l’Hôpital de la Police Nationale, à Quito, le 30 septembre 2010. 
Ces événements regrettables ont coûté la vie à des personnes et blessé d’autres, en particulier, lors de l’intervention des Forces Armées qui ont reçu l’ordre de vous évacuer de cet hôpital.
Par conséquent, je demande au gouvernement de respecter les mesures de précaution en faveur de  Carlos Figueroa et d’immédiatement cesser la persécution des militants sociaux et syndicaux. Je réclame l’ouverture d’un dialogue entre toutes les parties concernées afin de rechercher une solution mutuellement acceptable susceptible de renforcer la démocratie politique, économique et sociale en Équateur."


A lire aussi :

Une nouvelle menace mondiale plane sur les services publics
Cinq ans de prison en cas d'erreur médicale pour les médecins équatoriens

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire