jeudi 7 mars 2013

Parking du CHU de Dijon, le Président du Conseil Général s’insurge !

Une prise en otage des salariés et des usagers


François SAUVADET, Député et Président du Conseil Général de la Côte d'Or, a découvert avec inquiétude le projet de privatisation du parking du Bocage Central qui va directement concerner l’accès des salariés et des usagers au CHU de Dijon.

Face à l’engorgement du parking, la direction du CHU veut le privatiser et le rendre accessible sous condition de paiement.

La construction annoncée de 700 places ne résoudra pas les difficultés de stationnement pour les 1 500 personnes qui travaillent quotidiennement au CHU et les 2 000 visiteurs, patients et familles. Cette décision prise sans concertation constitue une prise d’otage des salariés et usagers d’un service public essentiel aux Dijonnais et aux Côte-d’Oriens qui ont besoin de cet accès au soin.

Le fiasco du parking du Bocage Central révèle une politique du stationnement restrictive et déconnectée de la réalité quotidienne des Côte-d’Oriens. Il n’est pas acceptable que les patients et les salariés du CHU soient victimes de cette décision dogmatique.

Le Président du Conseil général a donc interpellé le Sénateur-Maire de Dijon, François REBSAMEN, Président du Conseil d’Administration du CHU, pour lui demander d’entendre les inquiétudes légitimes exprimées. La ville doit rester accessible à tous. Après la critique sur les « murs de bus qui encombrent Dijon », cette volonté de privatiser le parking du CHU témoigne à nouveau d’une vision étriquée du développement urbain.

2 commentaires:

  1. Le blog de Monsieur François Rebsamen ne laisse pas de place au stationnements payants au CHU de Dijon...
    Il est Président du Conseil de surveillance de cet établissement, Maire de la ville de Dijon, Député, et Président du groupe socialiste au Sénat...rien que ça!
    N'allez pas demander à ce Monsieur si il est contre le cumul des mandats, la réponse vous l'aurez de toutes les manières sur son blog.
    C'est certain ce Monsieur pourra payer (il en sera pourtant exempté, les privilèges perdurent et les abus de toutes sortes aussi...) le stationnement payant qu'il souhaite imposer aux usagers.
    Une honte de plus. Le CHU de Dijon va probablement rentrer dans la liste des hôpitaux qui se sont vendus aux intérêts de groupes privés qui exploitent toutes les situations possibles pour se faire de l'argent, et, là prendre les usagers pour des pigeons c'est peu digne!
    Ce sont encore les actionnaires qui vont tirer profits de ces mesures quand aux usagers ils seront bon à payer, encore un petit effort de la part du gouvernement vers ces orientations grotesques, et bien des gens vont abandonner définitivement leurs voitures.
    Je serai de ceux là.On ne peut plus aller dans une ville sans se retrouver dans l'impossibilité de se garer, et quand il y a des places la plupart du temps elles sont payantes...au profit de qui? Personnellement je me refuse de payer pour stationner mon véhicule et par principe car il y en a assez d'être manipulés par tous ces gens!

    A voir absolument pour ce faire une idée:
    http://www.francois-rebsamen.info/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est dit, voir le post passé sur le blog "La Vie Hospitalière" concernant le stationnement payant imposé aux visiteurs et patients à l'hôpital de Jossigny (en Seine-et-Marne):

      http://autonomes.blogspot.fr/2013/03/parkings-payants-lhopital-de-jossigny.html

      C'est scandaleux et tout particulièrement pour un établissement public!
      S'indigner il le faut car nous sommes de plus en plus manipulés par des gens qui mettent en avant les intérêts privés, leurs petits intérêts aussi et qui se moquent bien de l'intérêt général, quelque soit le prétexte invoqué il y a toujours dans le fond des individus qui se frottent les mains...
      Victor Hugo disait en 1838: "Chacun se fait, sans pitié pour le pays, une petite fortune particulière dans un coin de la grande infortune publique".

      Comme c'est bien d'actualité, il y a eu pourtant deux guerres mondiales mais rien a changé, la vermine détruit petit à petit l'arbre même les plus grands!...
      Il est temps de prendre conscience que si nous ne voulons pas rentrer dans le spectre d'une troisième guerre mondiale il faudra plus de solidarité entre les peuples et surtout arrêter le cycle infernal de l'exploitation de l'homme par l'homme.

      Supprimer