lundi 11 mars 2013

Nous sommes toutes et tous des Viroises et des Virois

L’hôpital public est en grande souffrance !
Nous disons : STOP ! à toutes les mesures qui empêchent le malade de se soigner correctement. La commercialisation de la santé s’accélère en privant une grande partie de la population à l’accès aux soins en Europe comme par exemple en Grèce, en Espagne, en Pologne , au Portugal mais aussi en France.
Lors de la Semaine européenne d’action du 13 au 15 mars 2013, contre la privatisation et la commercialisation de la santé, de nombreuses actions et manifestations seront organisées en Europe notamment à Paris contre les franchises médicales et les dépassements d’honoraires, par exemple le 13 mars 2013 devant le ministère de la Santé , seront déposés, des boîtes de médicaments vides !
A Vire, plus de 850 cartes d’électeurs seront remises au ministère le 12 mars pour protester contre la fermeture de la maternité.
"Aujourd’hui se soigner devient de plus en plus difficile" "et coûte de plus en plus cher" avec les franchises, les déremboursements des médicalement ; l’imposition des indemnités journalières des victimes , la remise en cause du 100% pour les affections de longues durée , les dépassements d’honoraires. Rappelons que toutes les mesures qui empêchent le malade de se soigner correctement en France sont maintenues .
L’imposition des indemnités journalières des victimes d’accidents du travail, de la vie et de maladies professionnelles dite la taxation des accidentés du travail , représente la double peine, la triple peine des salariés déjà victimes d’un accident du travail , déjà confrontés à la souffrance du handicap et qui vivent avec des revenus diminués. Les malades et les assurés sont ponctionnés par des franchises, des forfaits hospitaliers en hausse, des déremboursements de médicaments en prenant prétexte du trou de la sécurité sociale alourdi par les dépassements d’honoraires en hausse constante .
Une manifestation se tiendra le 23 mars 2013 à Vire contre la fermeture de la maternité et pour l’arrêt des restructurations hospitalières ! Rappelons que plus d’une maternité sur cinq a fermé ses portes ces douze dernières années. 144 maternités sur 679 ont été fermées entre 2001 et 2010 ,Les maternités françaises étaient 679 en 2001 , ELLES SONT 535 AUJOURD’HUI. "Après la maternité de Saint-Antoine en février 2012, la Seyne sur Mer en mai, Marie-Galante en septembre, c’est au tour de Vire d’être condamnée par l’Agence régionale de santé de Basse-Normandie " ; car la médecine s’exprime en terme de calculette, en terme de profit , la santé est une marchandise et non en terme de sentiments humains. La proximité fait dorénavant défaut. Et il faut faire de longs trajets pour trouver une maternité.
LES maternités de proximité :
Les fermetures ont concerné les maternités effectuant moins de 300 accouchements par an. Les départements les plus touchés sont (Alpes-de-Haute-Provence, Ariège, Creuse, Gers, Haute-Corse, Haute-Saône, Lot et Lozère)où les femmes enceintes mettent plus d’une demie heure à rejoindre la maternité. Et il se pose le problème d’ un manque de maternité au moment où le nombre de naissances annuelles a augmenté en France de de 40 000 : 751 186 en 2001 et 789 508 (+ 5 %), aujourd’hui. la France est passé de la 7 eme place à la 20 eme place en ce qui concerne la santé prénatale en terme de suivi de la grossesse de prénalatalité et en terme de mortalité infantile.
Sur l’hôpital
La « loi hôpital patient territoire » est maintenue, Elle prévoit des restructurations, des fermetures de services et d’hôpitaux ainsi que des Réductions des emplois ; La durée de séjour dans le hôpitaux est réduite pour les malades. le budget de la sécurité sociale 2013 est un budget d’austérité qui prévoit 2 milliards d’euros d’économie dont 657 millions pour l’hôpital , D’ailleurs des fermetures de services interviennent tous les jours : maternités, radiothérapie d’Argenteuil ,chirurgie et maternité de Marie Galante, fermeture de services hospitaliers de maternité, de centre IVG, rappelons que la loi Bachelot (loi HPST) que le gouvernement socialiste ne veut pas abroger. conduit à fermer des centres d’IVG et des maternités, des centres de psychiatrie , des centres du handicap et à baisser la prise en charge des personnes âgées. rappelons que quand les centres d’IVG ferment, les délais s’allongent avec le risque de dépasser le délai légal pour une IVG .
L’assistance publique a déjà supprimé 4000 emplois sur Paris et il est prévu d’en supprimer 15000 cette année au niveau national.On est en train de transformer la santé en secteur marchand qui génère des bénéfices comme on transforme le marché des maisons de retraite en marché rentable. Les restructurations se poursuivent : fermeture de l’Hôtel Dieu et de Fernand Widal à Paris, réanimation menacée à Briançon, pédiatrie à Nice, démantèlement de l’hôpital de Pertuis, partenariats publics-privés imposés à Montluçon, Fontainebleau ... LA LISTE S’ALLONGE ENCORE !. De plus , La vente annoncée de 40% des terrains de l’hôpital de La Pitié Salpêtrière, c’est le démantèlement du plus grand hôpital européen avec
 la casse de plusieurs services de pointe, dont l’école d’infirmière, la suppression de milliers d’emplois en interne et en externe.
Rappelons que la loi de 2011 pousse la psychiatrie vers le tout sécuritaire avec la" peur du fou "comme" la peur des étrangers", l’amalgame est cultivé entre dangerosité et folie, à cela s’ajoute le manque de moyens et un envahissement bureaucratique qui empêchent les professionnels de se consacrer à leur mission de donner des soins, de faire de la prévention et de gérer la souffrance psychique.
Les mêmes dangers pèsent sur la Sécurité Sociale et Les conditions de travail de l’ensemble du personnel hospitalier.
La direction de la CPAM projette des fermetures de centres d’accueil.
La CAF projette aussi des fermetures définitives ainsi que des centre de sécurité sociale.
SOUFFRANCE AUX URGENCES
Selon Patrick Pellous médecin urgentiste à Paris « Nous ne voyons rien d’autre venir que la fermeture de services d’urgence » citant les fermetures annoncées à Bressuire (Deux-Sèvres), Juvisy-sur-Orge (Essonne), Longjumeau (Essonne)... mais surtout celle de l’Hôtel-Dieu à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP rappelons que - La Commission médicale d’établissement (CME) de l’AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris), une instance médicale a voté à la quasi-unanimité la "fermeture progressive" des urgences de l’Hôtel-Dieu. Le service des urgences du plus vieil hôpital de Paris a déjà vécu ses dernirers jours
A Paris, alors que des millions d’euros viennent d’être investis pour rénover l’Hôtel Dieu,la FERMETURE va aggraver le désert médical des arrondissements de Paris ; Ce seraient neuf arrondissements parisiens qui deviendraient un désert hospitalier. En effet, Ce projet concerne 707 000 habitants, 370 000 salariés . L’HOPITAL l’ Hôtel DIEU est le seul hôpital public au centre de Paris où les urgences sont ouvertes 24 heures SUR 24 h .
Le Dr Pierre Taboulet, chef du service des urgences de l’hôpital Saint-Louis à Paris a donné sa démission fin septembre 2012, pour protester contre un système "périmé, figé, déprimant". Ce médecin cardiologue dénonce un manque de personnel:des médecins , des infirmiers , alors que les patients ne cessent d’augmenter et le temps d’attente est de plus en plus long. Le temps d’attente aux urgences est passé de 2 heures 30 à 3 heures, les médecins passent du temps au téléphone pour trouver des lits, sans compter les conditions de travail qui se dégradent : manque de moyens, avec un budget revu à la baisse chaque année. il y a moins de centres de soins et les personnes en difficultés financières vont aux urgences comme un refuge, les conditions de travail se dégradent , l’hôpital public est en grande souffrance. on devrait au contraire sanctuariser les urgences qui compte 4% d’augmentation par an, remplacer les infirmières, embaucher des assistantes sociales, embaucher des aides soignantes, des médecins, des urgentistes, le service des urgences est important pour l’organisation des soins, la lutte contre la précarité, la prévention et la détection des maladies.
la pénibilité du travail
le monde médical dans son ensemble n ’a jamais été dans une telle souffrance; en effet on apprend selon le Docteur Pelloux médecin urgentiste que règnent aux urgences : insécurité, violence, burnout chez le personnel soignant, stress , fatigue, maladie musculo squelettique, suicides chez les urgentistes.
Selon le Docteur Pelloux on compte un suicide par trimestre dont la presse parle peu.
On banalise la souffrance chez le personnel hospitalier, tout comme on banalise le fait d’attendre longtemps et pourtant on fait : des campagnes de prévention où l’intervention doit être rapide.
Nous disons : Stop arrêt immédiat des fermetures de services, d’ hôpitaux ,

Martine Lozano
Militante associative

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire