mercredi 11 avril 2012

La tuberculose en Ile-de-france en nette augmentation

 Les données de l'année 2010 confirment la nécessité d’agir en Ile-de-france rapidement pour enrayer la montée de la tuberculose.

La journée mondiale de la tuberculose a célébré cette année le 130e anniversaire de la découverte par Robert Koch du bacille de la tuberculose.

A cette occasion, l’Institut de veille sanitaire (InVS) a publié les données nationales de surveillance de la tuberculose, issues de la déclaration obligatoire. 5 187 cas de tuberculose ont été déclarés en 2010 contre 5 276 cas en 2009, soit une diminution de 1,7 % du nombre de cas qui correspond à une tendance observée depuis plusieurs décennies, à l’exception du début des années 1990 et en 2007-2008.
Des inégalités sociales et territoriales

Malgré les efforts de lutte antituberculeuse, de fortes inégalités sociales et territoriales subsistent face à l’infection. Avec 8,1 nouveaux cas de tuberculose pour 100 000 habitants en 2010, la France est considérée comme un pays à faible incidence de tuberculose. Pour autant, des taux élevés sont retrouvés dans certains groupes de population.

Particulièrement concernée par cette réalité, l’ARS Ile-de-france est déterminée à pas relâcher les efforts de lutte antituberculeuse. En effet, et comme les années précédentes, le taux d’incidence des cas déclarés est le plus élevé en Île-de-france (16,3 cas pour 100 000 habitants), suivie par la Guyane (15,9/100 000). Le nombre de cas déclarés est également élevé chez les personnes sans domicile fixe et les personnes nées dans des pays à forte incidence de tuberculose, notamment en Afrique subsaharienne. Affichée au rang des priorités du plan stratégique régional de santé, la politique francilienne de lutte contre la tuberculose a permis d’apporter une réponse réactive au foyer épidémique apparu à Clichy-sous-Bois (93) en octobre 2011.

L’effort en Ile-de-france doit tout particulièrement porter sur la promotion du respect des recommandations vaccinales.
A ce jour, les dernières données disponibles montrent des couvertures vaccinales insuffisantes chez les enfants franciliens, pour lesquels la vaccination BCG est fortement recommandée.


Source: ARS Ile-de-france

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire