vendredi 6 avril 2018

SOUTIEN au Docteur Karine DJEMIL le mercredi 11 avril 2018 à Paris devant la chambre disciplinaire nationale de l’ordre des médecins !



SOUTIEN au Docteur Karine DJEMIL  le mercredi 11 avril 2018 à Paris devant la chambre disciplinaire nationale de l’ordre des médecins !
Il est reproché au Dr Karine DJEMIL, médecin du travail, d’avoir remis à deux personnes salariées une copie d’études de poste participant de leur dossier médical et d’avoir alerté sur des faits de harcèlement sexuel les concernant.
Le conseil départemental de l’ordre des médecins de Seine St Denis, qui s’est joint à une des plaintes d’employeurs, a rapporté sans les vérifier les reproches formulés, a prétendu que l’étude du poste d’un salarié n’appartient pas au dossier médical, a cité dans la plainte des éléments couverts par le secret médical.
L’instance disciplinaire ordinale régionale a commis les mêmes atteintes au droit et a prononcé une très lourde peine : six mois d’interdiction d’exercer !
Le Dr Karine DJEMIL devait être entendue en appel par la chambre disciplinaire nationale de l’ordre des médecins le 17 janvier dernier. La présidente de l’instance a décidé d’ajourner sur le champ l’examen du dossier au prétexte (selon le greffier) que la salle ne comportait que huit sièges pour la publicité des débats. Cette hâte à ajourner est particulièrement révélatrice de l’embarras de l’institution, l’exiguïté de la salle n’était bien entendu qu’un prétexte.
Le Dr Karine DJEMIL va donc repasser devant cette chambre disciplinaire nationale mercredi 11 avril à Paris à  9h15.
 A cette occasion,                                                                                     
Nous dénonçons la collusion de cette instance ordinale avec l’intérêt des employeurs. Elle devient habituelle ces dernières années (400 procès par an en moyenne). Elle est une atteinte manifeste à la santé des salariés et à la qualité des pratiques médicales. 
Nous nous joignons au questionnement public de l’ordre des médecins : quelle valeur accorde t’il à la parole des femmes, qu’elles soient médecins ou patientes ?                                                                                                                                 
Nous exigeons la levée de toute sanction à l’encontre du Dr DJEMIL .                                 
Nous exigeons, pour tous les ordres professionnels,  la suppression de ces juridictions d’exception que constituent les instances disciplinaires ordinales qui montrent, une fois de plus, de profonds dysfonctionnements.      
*Un rassemblement de soutien se tiendra ce même 11 avril  à partir de 8 heures, 15 rue de Chazelles, à l’angle de la Rue Léon Jost (métro Courcelles)             
   MIOP  11 Passage de la Main d'Or, 75011 Paris – Pour contact : 0686767069  -  mmiop2016@gmail.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire