mercredi 9 novembre 2016

C’EST « L’HEURE DE L’METTRE » ce jour sur Radio Campus !


Ce MERCREDI 9 NOVEMBRE 2016 (à 18 heures 30)
C’est « L’HEURE DE L’METTRE »
Sur RADIO CAMPUS Lille 106,6
En direct et en archives sur www.campuslille.com
Casser le Code du travail c’est bien. 
Détruire le service public de la Poste c’est sympa. 
Débiter le chemin de fer en petits morceaux c’est enthousiasmant. 
Saccager l’Education Nationale, c’est agréable. Ah ! 
Saper la Sécu, quel plaisir ! 
Mais s’attaquer à l’hosto, c’est le summum…
Parmi toutes nos conquêtes, les services publics, échappant à la main pas si invisible du marché. Et parmi ces services publics, la santé, un bien non-marchand par excellence. C’est pour ça que le refiler au privé, c’est jouissif…
Mais comment ? Eh bien comme pour le reste : on désorganise, on comprime, on dévaste, on « rationalise », on fait « des économies », on calomnie le personnel, on le pousse à bout, et quand tout est rentré en désordre, on obtient un cancer ou un ulcère privés, compétitifs, dynamiques, et qui relancent la croissance. Quand on a la santé, eh ben… on fait beaucoup de profit !
Au milieu du brigandage généralisé, il y a des gens, et plus précisément des travailleuses et des travailleurs. Qualifiés par le sens commun (subrepticement travaillé par la propagande sournoise que vous savez) de « privilégiés », tancés pour leurs avantages considérables, les hospitaliers, pendant ce temps, courent dans tous les sens, accumulent les heures non payées, écopent la misère et les contradictions de la société du capital, et soignent nos petits bobos comme ils peuvent, privés de moyens et de considération…
C’est avec la fracture du gamin ou le palliatif de mémé que le bon peuple s’aperçoit, malgré la propagande, du dévouement et des efforts de l’hosto, celui qui ne facture pas la maladie pour remplir les poches de quelques actionnaires.

Mais la casse de l’hôpital public, préalable à la privatisation complète de la santé, ne passe plus là où l’on compte les morceaux, chez les travailleuses et travailleurs de l’hosto. Qui résistent. Et combattent, pour nous tous, les bandits des grands chemins qui mènent à notre perte.
Nous recevons ce mercredi des syndicalistes du CHRU de Lille, et d’autres invités, pour évoquer ce vaste sujet, à l’hosto aussi c’est l’heure de l’mettre ! 
Parce que trop, c’est trop…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire