lundi 24 octobre 2016

Le 8 novembre les hospitaliers seront en grève


Une nouvelle ponction de près de 4 milliards d’euros au détriment du dispositif de soins public et des salarié(e)s qui y travaillent. C’est ce que prévoit le projet de loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) pour 2017.
D’ores et déjà les fédérations SUD Santé Sociaux, CGT Santé et Social et FO Services publics et de santé appellent à la mobilisation et annoncent un jour de grève nationale le 8 novembre.
S’opposer à la saignée budgétaire annoncée est une nécessité pour défendre dans un même élan le droit à l’accès aux soins pour toutes et tous et les droits des salariés.
Pour la première fois depuis 1969 l’espérance de vie de la population française a reculé de 0,3 an pour un homme et 0,4 an pour les femmes en 2015.
En 2015 il y a eu 41.000 morts de plus qu’en 2014 en France. Rien ne justifie une baisse des moyens pour la santé alors qu’il faut répondre à une dégradation significative de l’état sanitaire de la population.
Les salariés des hôpitaux subissent une double peine car outre cette baisse de l’espérance de vie, ils vivent de plus en plus durement des mesures d’économie en tant que salariés.
Coupes budgétaires : un seul objet inciter les établissements à concentrer, restructurer, précariser, supprimer des emplois, attaquer les RTT.
La mise en place des groupements hospitaliers de territoire (GHT) est l’outil principal de cette destruction de nos droits sociaux.
L’austérité c’est déjà pour nous le blocage des salaires, la suppression des réductions d’échelon, l’allongement très important de la durée de carrière, les conditions de travail dégradées, une pression psychique de plus en plus forte.
Pour le droit à la santé de toute la population.
Pour les droits de tous les salarié(e)s.
Il est urgent d’agir !

(Un préavis de grève intersyndical des fédérations  CGT, FO et SUD Santé Sociaux a été déposé au plan national.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire