samedi 25 juin 2016

Pas de dérogation pour l'hôpital de Ruffec ?


Mardi, une soixantaine de personnes, de l'association de soutiens à la vie de l'hôpital de Ruffec, étaient réunies devant les locaux administratifs. Une délégation était reçue par Hubert Bougueret, directeur du centre hospitalier. La délégation est constituée de deux personnes de l'association (Édith Pot et Claudette Ordonneau) d'élus locaux et de citoyens.
Du fait de son isolement géographique, l'hôpital de Ruffec pourrait demander une dérogation de non-adhésion à un GHT (Groupement hospitalier de territoire). D'après la délégation, la réponse est: « Il n'y aura pas de demande de dérogation, ce serait un non-sens car cela isolerait l'hôpital qui a besoin de passer des conventions pour fonctionner. »
La convention constitutive du GHT Charente est écrite. Le projet médical n'y apparaît que dans ses objectifs.

Quelles activités de soins chaque hôpital pourra-t-il faire? 
Qu'en sera-t-il du service d'urgence, du SMUR. 
Le pôle imagerie restera-t-il accessible 24h sur 24 et 7 jours sur 7?

L'association s'inquiète du fait que les documents seront soumis au vote des instances locales de l'hôpital « On va leur demander de valider un document général, les filières de soins ne seront connues qu'en juillet 2017. » Réponse selon les délégués: « le directeur nous a redit que le GHT était nécessaire pour constituer les filières et les conventions, par conséquent qu'il signerait le document... Il a tenté à nouveau de nous convaincre qu'il n'y avait pas de risque tout en reconnaissant qu'il n'avait que sa parole de directeur à nous donner. A la question signera-t-il quand même si la majorité des instances locales s'y opposent ou refusent de se prononcer: pas de réponse de sa part. »
Le président du conseil de surveillance, Bernard Charbonneau, a annoncé à l'extérieur, devant l'association qu'il demandera l'abstention du comité: attendre pour voir. L'association redoute que la signature des documents laisse la porte ouverte aux transferts de compétences d'activités médicales vers l'établissement de Giracà Angoulême.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire