mercredi 13 avril 2016

Manifestation interprofessionnelle le 28 avril contre la loi Travail !


Les  lycéens,  étudiants,  salariés...représentés par  sept organisations syndicales nationales ont appelé à une nouvelle journée d'action le 28 avril pour réclamer le retrait de la loi Travail.

Dans un communiqué commun, les organisations de salariés (CGT, FO, FSU, et Solidaires), d'étudiants (Unef) et de lycéens (UNL et Fidl) "réaffirment fermement leurs revendications de retrait de ce projet de régression sociale" et appellent à "une nouvelle journée de grève interprofessionnelle et de manifestations le 28 avril".
"Face à l'entêtement du gouvernement à maintenir son projet, la détermination reste intacte et soutenue massivement par l'opinion publique", écrivent-elles. "Grâce aux mobilisations.
Les sept organisations "réaffirment fermement leurs revendications de retrait de ce projet de régression sociale et la nécessité d'obtenir de nouveaux droits". Elles jugent le texte "irrespectueux des droits, conditions de travail et de vie des générations actuelles et à venir...la flexibilité et la précarité n'ont jamais été facteur de progrès et d'emploi".

La contestation contre le projet de loi travail est de plus en plus vive, 

On peut s'interroger sur la nécessité réelle d'une telle loi qui remet en cause des droits inscrits dans le code du travail, n'est-ce pas la préparation insidieuse des salariés à la mise en place d'orientations visant l'installation de multinationales sur le territoire dans le cadre du Traité transatlantique qui se prépare secrètement et qui a déjà fait l'objet de vives critiques de la part de syndicats et de personnalités politiques.

"La Vie Hospitalière" a déjà publié des textes concernant ce traité qui va à l'encontre des intérêts de notre pays, remettant en cause bien des aspects de notre droit et bien évidemment de celui du travail, on en est là comme par hasard...
Nous devons nous interroger sur toutes les initiatives, les réformes qui se mettent en place et qui dans leur ensemble ne profitent pas aux citoyens et citoyennes mais bien à des groupes financiers occultes ( occultes car ne respectant pour la plupart des règles), pour eux le seul objectif étant de faire des profits, toujours plus de profits...
Nous voyons les transformations qui se réalisent dans le monde de la santé, la productivité  est un paramètre mis en avant, qui plus est, des services rentables sont donnés à des groupes privés (chirurgie, radiothérapie...) les exemples ne manquent pas, tout est entrepris pour mettre à mal le service public hospitalier, quant aux réductions de personnels dans les services c'est une situation de plus en plus inquiétante qui remet en cause la qualité même des soins à dispenser. Et, puis n'oublions pas la volonté du gouvernement de favoriser l'hospitalisation à domicile, ce qui est de plus en plus aberrant car bien des personnes non suivies correctement doivent être hospitalisées suite à des malaises, des chutes, des complications et puis il y a un aspect intrusif dans la vie des patients complètement mis de côté, c'est bien là l'un des aspects de ces mesures qui font que le patient n'est pas respecté comme il se doit, sa vie privée est de plus en plus mise à l'écart, une honte, mais si il n'y avait que cela...

Notre société est bien malade et nous ne pourrons pas accepter longtemps que soient remis en cause les fondements même de nos systèmes (sécurité sociale, retraites etc etc) car en définitive depuis 1973 tout est programmé afin que la haute finance gouverne le monde, le peuple n'a plus son mot à dire, il supporte et se fait exploiter chaque jour un peu plus.

Alors la loi Travail elle est tout juste bonne à être brûlée sur la place publique.

PG


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire