samedi 19 mars 2016

Revalorisation du point d’indice de 0,6 % pour cette année : une bonne nouvelle pour tous les agents des trois Fonctions publiques...sans plus...


Le principe d’un rendez-vous annuel afin d'assurer, au moins, le maintien du pouvoir d’achat en fonction de l’inflation a été retenu (ouf)...
Quant à la hausse de la valeur du point d’indice elle se réalisera toutefois en 2 fois : 0,6 % au 1er juillet 2016 et 0,6 % au 1er février 2017...ce qui sous-entend qu'il n'y aura pas de réévaluation en 2017 ?...Ils se moquent vraiment des fonctionnaires ces politiques et quand l'on pense que certains syndicats acceptent cette situation, il y a de quoi mourir de rire !
En clair l'augmentation du point d'indice pour 2016 est de toute évidence que de 0,6 % ...et en 2017 elle le sera d'autant, c'est ce qui s'appelle faire d'une pierre deux coups (sic bien évidemment)...

"La Vie Hospitalière" rappelle que depuis 2010  le gel du point d’indice a été de nature à faire perdre un pouvoir d'achat relativement important aux fonctionnaires. 
Les plus petits traitements ont supportés les aléas d'une  vie de plus en plus chère, une décison injuste et incohérente de la part des gouvernements successif car entraînant une baisse de la consommation et de ce fait contribuant à la perte du dynamisme de notre économie (comprenne qui veut)...


La reconnaissance du travail des agents publics doit être effective et pérenne, ces 1,2 % d'augmentation du point d'indice ne doivent pas faire oublier ce que les agents ont perdu en argent depuis 5 années de gel...
Le coût de cette augmentation sera  d’environ 1,2 milliards d’euros en 2016 et autant en 201.Une dépense qui au moins sera bénéfique pour l'économie, même si nos politiques ne prennent pas en considération les retombées positives des augmentations de traitement, de salaires qui entraînent  aussi la création d'emplois...
Les mesures restrictives tuent l'économie.
Ceci écrit, n'oublions pas la fameuse loi Travail qui tente notamment  de réformer le Code du Travail... il y en a assez de toutes ces manoeuvres qui visent à déréguler  le marché de l'emploi entraînant encore plus de précarité notamment, et ce sont toujours les plus pauvres, les plus jeunes, et, tout autant les seniors qui supportent les impacts de ces mesures inconsidérées.
La France souffre, en effet, de toutes ces "mesures réformatrices" qui ne profitent pas vraiment aux salariés bien qu'il est prétexté le contraire...

Ouvrons les yeux sur l'avenir...(pas n’importe lequel) celui du progrès social dicté par l’intérêt général.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire