vendredi 8 mai 2015

Le 12 mai: Journée internationale de l'Infirmière

La Journée internationale de l'infirmière est célébrée le 12 mai, qui est le jour anniversaire de la naissance de Florence Nightingale.



C’est une occasion pour réaffirmer son attachement à vouloir améliorer les conditions de travail des professionnels de l'art infirmier. En effet, la pénibilité de ce métier, notamment dans les hôpitaux, est intenable au point que nombre d'infirmiers et d'infirmières quittent la profession au bout de quelques années, créant par là même, une réelle pénurie auprès du patient, ce qui aggrave encore les conditions de travail.


Qui est Florence Nightingale ?






Florence Nightingale a posées les bases de la profession infirmière contemporaine. Ses contributions sont nombreuses : elle a été la première personne à définir que chaque patient a des besoins individuels, que le rôle de l'infirmière vise à satisfaire ces besoins et elle a pris en compte les dimensions santé-maladie des soins infirmiers. Elle a fait des soins infirmiers une occupation respectée en établissant une formation, en soulignant l'importance d'une éducation continue, et en distinguant les soins infirmiers de la médecine. Elle croyait qu' "une bonne pratique infirmière ne grandit pas seule; elle est le résultat d'études, d'enseignement, d'entraînement, de pratique, qui se finalise dans une base solide qui peut se transférer dans tous les milieux, auprès de tous les patients.


Objectif

Durant la Journée internationale de l’infirmière, la FSSS-CSN (Fédération de la santé et des services sociaux de la Confédération des syndicats nationaux), qui représente près de 100.000 syndiqué(es) du réseau de la santé et des services sociaux, souhaite qu’une meilleure organisation du travail dans les soins infirmiers diminue les surcharges de travail et les burn-out dont sont victimes, entre autres, les infirmières. Le Québec a de plus en plus de problèmes car sa politique se santé ne saurait, aujourd'hui, être un exemple, et en France on copie (c'est toujours facile et à la portée du premier imbécile venu...) là on pense aussi à ces Partenariats Publics-Privés (PPP) qui avaient été mis en place, qui sont de véritables chevaux de Troie pour les services publics hospitaliers ! 
Nous avons un exemple avec le CHSF d'Evry (Essonne) et on espère que ne se réitèrera pas des "montages financiers" où non seulement les personnels en supportent les conséquences mais bien évidemment par la force des choses: les patients et par extrapolation les contribuables!
Ceci écrit revenons à ces femmes qui représentent plus du tiers de la main-d’œuvre du réseau de la santé et travaillent dans des conditions difficiles en raison des réductions de personnels.
Pour "La Vie Hospitalière" on peut toujours espérer de meilleures conditions de travail pour les infirmières, les infirmiers et tous les personnels attachés aux soins mais il ne faut pas rêver, la réalité démontre que la marchandisation de la santé ne laisse pas de place réellement au côté humain de la profession, on s'éloigne, on s'éloigne des grandes valeurs pour ne s'intéresser qu'à la valeur de l'argent...(de cette valeur qui tuent les autres...).
Le mal être des personnels soignants est grandissant, dans une société où le "management à l'américaine" ne ménage pas les personnels qui souffrent de plus en plus, c'est là un paradoxe  dans ce monde de la Santé qu'il nous apparaît important de souligner.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire