mercredi 20 mai 2015

La remise en cause des 35 heures : une belle manipulation !

C'est parti, la Fédération Hospitalière de France (qui représente les directeurs) n'hésite pas à marquer le pas en avançant insidieusement vers la remise en cause des 35 heures dans la Fonction Publique Hospitalière !
C'est de la haute manipulation, les personnels épuisés déjà avec les conditions de travail qui sont actuellement les leurs n'en peuvent plus, on ne compte plus les arrêts de travail, TROP c'est TROP!
La marchandisation de la Santé il y en a assez!
Les prétextes liés aux économies à faire sont à rejeter tant tous ces cadres ne sont plus dans la réalité de chaque jour du monde hospitalier.
Monsieur Frédéric VALLETOUX il est temps de vous mettre au travail avec les équipes de soins et de voir ainsi loin de votre bureau les conditions de travail de plus en plus insupportables pour les personnels et les conséquences de ces "conditions" sur les soins donnés aux patients.


Les 35 heures nous en avons été les dindons de la farce, avec l'instauration de cycles de travail, la remise en cause d'acquis, la planification du temps de travail à l'image d'une usine, avec un encadrement de plus en plus strict et incohérent dans la pratique! Et, donner un repos après une journée de travail, pour reprendre ensuite le travail, est-ce bien là la possibilité pour les équipes de soins de reprendre le travail dans de bonnes conditions, c'est aujourd'hui du grand n'importe quoi!

Pourquoi s'arrêter en si "bon chemin"? 

Les gouvernements successifs s'entendent pour réformer tout ce qui peut l'être, toujours à l'encontre des travailleurs,  avec pour seule vision la rentabilité, mais là tout ce qui touche au monde hospitalier dans le cadre public ne saurait être considéré comme acceptable, nous ne sommes pas des dindons!

Depuis la transposition de la directive communautaire n° 93-104, remplacée depuis par la directive n° 88 - 2003 (1), c'est une organisation de travail qui a surtout optimisé le travail dans les services, avec en plus une réduction du temps nécessaire aux transmissions dans certains services, et insidieusement la politique du non remplacement des départs à la retraite de certains agents  qui a été mise en place,  a rien arrangé, toutes ces décisions contribuent à épuiser les personnels.
Et, puis il y a plus grave, comme ci la remise en cause des 35 heures ne suffisait pas, ils invoquent aussi l'allongement de la date de départ à la retraite.

Nous sommes vraiment dans une société pourrie par le monde de l'argent, pourrie jusqu'à l'os !
On voit les réformes tomber ici et là, et chaque jour qui passe nous supportons encore un peu plus les errements des responsables de ce grand marasme, des "responsables" qui deviennent de plus en plus irresponsables!

Car les conséquences de toutes ces orientations, dictées pour des intérêts particuliers bien souvent...et non pour l'intérêt général, ne se feront pas attendre, le monde hospitalier en a assez de ne plus pouvoir faire ses missions dans des conditions de travail correctes.

Je pense qu'ils sont fous ces "humains"!...



1) Rappelant que les directives (CE) n° 104/1993 et (CE) n° 34/2000 ont été abrogées par la directive (CE) n° 88/2003 du Parlement européen et du Conseil, du 4 novembre 2003, concernant certains aspects de l'aménagement du temps de travail.

1 commentaire:

  1. Il est vrai que les personnels dans les hôpitaux n'en peuvent plus, la coupe est pleine.
    Il faut faire valoir la primauté du droit communautaire sur le droit national, et je pense que le temps de travail a été en France vu de mauvaise manière car il y a plus de contraintes qu'avant ce qui ne semble pas être l'esprit de la directive 93-104.
    Il faut aussi attirer l'attention des personnels qui ne doivent pas quitter leur service en hors temps de travail effectif car en cas d'accident de trajet il risquerait de ne pas être pris comme tel.

    RépondreSupprimer