mercredi 18 février 2015

La CGT, FO , et Solidaires appellent à une grève interprofessionnelle pour le 9 avril


Les organisations syndicales CGT, FO et Solidaires appellent à une grève nationale  le jeudi 9 avril. 

Cet appel est lancé pour protester contre le pacte de responsabilité, la rigueur budgétaire, nombre de dispositions du projet de loi libéral Macron qui aggravent la situation des salariés.
De nombreuses luttes et mobilisations syndicales sont d'ores et déjà engagées dans les établissements publics et privés.

Par cette action qui doit permettre de  faire converger  les revendications et exiger du gouvernement et du patronat qu’ils y répondent, il s’agit de s’engager dans un processus de mobilisation ont souligné les trois organisations.

Présente lors de la réunion intersyndicale qui s'est tenue mardi soir, la FSU a fait part de son absence de mandat ne lui permettant donc pas pour l’instant de s’engager concernant sa participation à la journée d’action, toutefois elle donnera sa décision dans le courant du mois de mars.


Nous sommes là devant une politique de non sens pour l'intérêt général, pour l'intérêt des citoyens et citoyennes. 
Pour  "La Vie Hospitalière" l'austérité tue, la loi Macron entraînera une  dérégulation du travail en France, elle est insidieuse car elle permet en contre sens la mise en place du TAFTA. 
Après l'AGCS et bien d'autres accords internationaux, les accords de libre échange vont continuer de casser les acquis des travailleurs et entraîner plus de difficultés pour tout autant les laissés pour compte de cette politique nauséabonde qui loin de faire avancer notre pays, laisse  des pans entiers de notre économie à la voracité des groupes financiers étrangers.
La loi Macron risque par une dérégulation sournoise du travail  pour l’ensemble des statuts, et conventions collectives de remettre en question les acquis que nous avons obtenus par la lutte.
Là c'est la petite goutte qui fait vraiment déborder le vase, surtout quand l'on sait que les salaires, les retraites, les pensions...sont de plus en plus l'objet de pompage obligatoire (CSG instituée par Michel Rocard etc etc) pour les travailleurs des secteurs publics et privés c'est autant de pouvoir d'achat en moins, c'est tout autant moins de possibilité pour la relance par le fait que les citoyens et citoyennes consomment de moins en moins, c'est une politique de non sens!
C'est une politique qui ne sert que des intérêts étrangers à l'intérêt général! 
 Surtout que pour les hôpitaux le TISA peut au nom de la libre concurrence internationale imposer la privatisation de tout ce qui est public. On voit déjà les atteintes portées à la Fonction Publique Hospitalière, on voit que les intérêts des banquiers prédominent sur les intérêts de nos services  publics fondamentaux (emprunts toxiques etc etc)...

Où allons-nous ?

5 commentaires:

  1. "On apprend de façon parallèle et pas trop médiatisée (pour le coup) que cette opération de camouflage sur la feuille de paie s’accompagnera au premier janvier 2015 de l’introduction d’une nouvelle contribution URSSAF destinée au financement mutualisé des organisations syndicales de salariés et des organisations professionnelles d’employeurs. Oui, vous avez bien lu : les changements introduits dans la nouvelle feuille de paie, non contents de dissimuler habilement au salarié le coût réel de sa protection sociale, serviront aussi à faire financer les syndicats directement par le salarié, indépendamment du fait qu’il soit ou non syndiqué. Vous pouvez toujours ne pas vouloir financer la CGT ou FO, vous n’y couperez donc plus."

    http://www.contrepoints.org/2014/10/22/185412-une-feuille-de-paie-vraiment-plus-simple

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement depuis le 1er janvier 2015, un prélèvement de 0,014 % sur le salaire brut est fait sur votre fiche de paie pour les syndicats ? Les 100 millions récoltés sont redonnés proportionnellement aux cinq syndicats de salariés (CFDT, CFTC , CGC, CGT et FO ) et aux trois syndicats du patronat (CGPME, MEDEF et UPA).

    http://www.contribuables.org/2014/12/le-financement-des-syndicats-rendu-obligatoire/

    Pas très correct tout ceci.

    RépondreSupprimer
  3. La loi Macron est la porte ouverte au TAFTA.
    
Nous avons des traitres au gouvernement, des gens qui ne défendent pas l’intérêt général, mais qui obéissent aux lois de l’ultra libéralisme mondial. 

    Nous aurons de graves problèmes, on ne peut pas aujourd’hui favoriser les banques, le milieu des affairistes de tous poils, les actionnaires en opposition aux travailleurs qui créent eux les richesses, mais qui, paradoxalement, tels des "esclaves des temps modernes" sont toujours les laissés pour compte dans le système corrompu de la haute finance, dont les objectifs ressemblent de plus en plus à ceux de la mafia.
    L’abrogation de la loi Macron, doit être un impératif pour le gouvernement qui remplacera celui qui aujourd’hui ne représente plus nos intérêts mais ceux des économistes, des grosses entreprises internationales, du monde du fric de ce monde de pourris qui petit à petit nous entraîne tous dans le mur.

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  5. En ce qui concerne la Motion de censure elle pouvait passer à la condition d’avoir 289 voix sur 577 …

    Or, seuls 242 députés se sont exprimées en sa faveur, comme suit :

    UMP : 198,
    UDI : 23/30
    FDG-PCF : 6
    EELV : 1
    Radicaux de Gauche : 6
    FN : 2
    Non inscrits : 6

    Les autres ont été comptabilisés comme suit :

    PS et apparentés : 288
    Radicaux : 19
    EELV : 17
    UDI :7
    PCF : 4...

    Pour rappel : La motion de censure est un moyen dont dispose un Parlement pour montrer sa désapprobation envers la politique du gouvernement et le forcer à démissionner. Elle doit être souvent présentée par une fraction précise de députés et adoptée à la majorité absolue des membres constituant la chambre.

    RépondreSupprimer