mardi 5 août 2014

L'unité d'oncologie pédiatrique de l'Hôpital Raymond-Poincaré sera fermée le 7 Aôut !

La fermeture de l'unité d'oncologie pédiatrique de l'établissement hospitalier Raymond-Poincaré à Garches  (Hauts-de-Seine) est engagée (il ne reste plus que 5 enfants dans le service -sic-). Cette fermeture devrait se faire le 7 août soit 14 jours avant la date initialement prévue...

La polémique née autour de cette fermeture ainsi que les derniers évènements semblent avoir précipité l'arrêt de cette unité.

L'AP-HP dénonce l'attitude de certains médecins de ce service...le combat de   l'association d'Aide aux malades en traitement individualisé en spécialité tumorale (AMETIST) et les manifestations du personnel du CHU...

À noter que Monsieur Jacques Toubon, actuel  Défenseur des droits s'est emparé du dossier...

Face aux derniers événements... Monsieur Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP a souhaité organiser une conférence de presse, tenue ce jour, afin de donner plus d'informations sur sa décision qui semble manifestement,  comme "La Vie Hospitalière" le dénonce,  ne pas respecter les désirs des parents qui souhaitent que leurs enfants soient soignées dans le service du docteur Nicole Delépine (aujourd'hui à la retraite).

Le Docteur Nicole Delépine


Le professeur Bertrand Chevallier du Centre hospitalier Ambroise-Paré de Boulogne-Billancourt qui a pris, en quelque sorte, le relais après le départ à la retraite (1) du docteur Nicole Delépine, a tenu à rappeler aux familles que les protocoles engagés par le docteur Nicole Delépine seraient poursuivis, et, l'évaluation des résultats de cesdits protocoles serait faite selon des méthodes scientifiquement prouvées...
Il a été proposé aussi, aux personnels de rejoindre l'unité d'oncologie pédiatrique de l'Hôpital Ambroise-Paré...

Les "essais thérapeutiques" qui sont sujet à polémique de la part des parents doivent être là l'occasion de clarifications dans le cadre du respect des choix thérapeutiques...il y a aussi un aspect non négligeable de ces traitements qui semble être écarté et qui est celui du coût de ces derniers  ( d'autant plus étonnant à l'heure où en terme de santé le facteur économique semble être de plus en plus privilégié, ceci écrit en passant),  les laboratoires ayant probablement fait une certaine pression auprès de l'AP-HP, là ceci reste à démontrer ce qui n'est pas chose aisée. Pour le moment "La Vie Hospitalière" constate que dès que des initiatives sont prises afin de dénoncer certaines pratiques il y a toujours une polémique qui s'ensuit...et là ce sont des intérêts qui mis en avant, intérêts autre que celui des patients dans la plupart des cas...

De cette malheureuse affaire il faudra en tirer des conclusions et surtout démontrer que tel ou tel traitement est effectivement bénéfique pour l'enfant pris en charge par un service d'oncologie pédiatrique, il y va de l'intérêt de l'enfant mais aussi de sa vie...et là l'aspect lucratif apparaît comme plus qu'indécent...

(À suivre)





1) Dont sa demande de cumul emploi-retraite a été refusée. Ce refus de la part de la Direction de l'AP-HP fait l'objet d'un recours auprès du Tribunal Administratif de Cergy-Pontoise.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire