lundi 18 août 2014

Le temps des réformes et des réformés pour la cause...

Aux grands maux les grands remèdes" dit-on, et,  quand on prend en considération que la France est endettée à hauteur de 2.000 Milliards d'euros (1) depuis hier, les réformes pour la cause vont devenir prétexte à bien des économies...à force plus rien ne va, et, "La Vie Hospitalière" s'interroge sur les objectifs de tous ces hommes politiques depuis 1973, depuis que certains ont programmée la ruine de notre pays...pour leurs seuls profits et ceux de groupes financiers.

Que compte faire le gouvernement, ce gouvernement qui avait promis un véritable changement ?

Des réformes?... encore des réformes?... toujours des réformes !... réduire par ci, réduire par là...ce n'est pas ainsi que notre pays progressera ! Loin de là !

Quels sont en fait les résultats ?...

Le plus grave c'est que l'on gère la crise sans s'attaquer aux véritables causes,   c'est un peu comme si on donnait chaque jour un comprimé d'aspirine à un patient atteint d'une tumeur au cerveau...la suite elle est prévisible, ce n'est qu'une question de temps non pas dans l'intérêt du patient, bien évidemment,  mais bien contre le patient lui même!  Et, là l'aspirine fait figure de placebo...

C'est chose faite aujourd'hui !

À qui profite ce crime?...la question est posée, bien des responsables se sont remplis les poches de l'argent public et ce n'est pas fini loin de là,  tout  est entrepris pour tirer encore plus de profits et c'est bien là le pire des maux pour notre pays, quant aux autres pays membres de cette europe économique qui devient de plus en plus anti sociale, ainsi le Portugal  est un exemple de ce qui nous attend si nous ne mettons pas un terme aux orientations malsaines dictées par la haute finance internationale, car c'est bien là l'origine de tous nos problèmes.

Des réformes ?...Oui si seulement elles doivent réellement profiter aux citoyens et citoyennes de notre pays et prioritairement. Le plus grave c'est qu'en France bien des personnes ne peuvent plus se soigner, nous allons vers une dérive qui nous laisse penser que nous pourrions rejoindre le Portugal dans peu de temps.

"La Vie Hospitalière" rappelle les manifestations des médecins, des personnels de Santé, des patients,  il y a un mois, au Portugal, la situation est grave et nous devons nous en inquiéter grandement:

"Plusieurs centaines de médecins en blouse blanche, mais aussi des patients, ont manifesté devant le ministère de la Santé à Lisbonne, pour dénoncer le «démantèlement du système de santé» et les fermetures de services dans les hôpitaux publics.

«Il faut défendre cette grande conquête de la Révolution d'avril 1974 qu'est le Service national de santé», a déclaré Maria Merlinde Madureira, présidente de la Fédération nationale des médecins (FMAM), à l'origine du mouvement.

«Non à la destruction du service national de santé» et «Accès à la santé pour tous et non seulement pour ceux qui peuvent payer», pouvait-on lire sur les banderoles brandies par les manifestants.

«Le gouvernement est en train d'anéantir notre système de santé, on manque d'effectifs et de matériel», a accusé Claudio Quintaneiro, 31 ans, médecin hospitalier à Figueira da Foz, qui compte émigrer en Australie pour travailler dans de meilleures conditions.

La FNAM a chiffré en fin de journée à «environ 90 %» la participation à cette grève qui est soutenue par l'Ordre des médecins et a été suivie surtout par les praticiens hospitaliers."


(À Suivre)


1) Soit plus de 30.000 euros par français !...
Le remboursement des seuls intérêts de cette "dette nationale" est l'une des raisons du déclin de notre pays.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire