mercredi 19 juin 2013

FERMETURE DE L’HÔTEL-DIEU : L’AMUF demande en urgence l’intervention de Madame Marisol Touraine


Le projet de l’AP-HP est scandaleux :

Le 4 Mai 2013, Madame Faugères, directrice générale de l’AP-HP annonce la fermeture, programmée le 4 novembre 2013, des urgences de l’Hôtel Dieu et de tous les lits de cet hôpital de renommée internationale

L’Hôpital « debout », oxymore de Monsieur Leguen, président du conseil de surveillance de l’AP-HP, ne sera pas un hôpital mais un vague dispensaire, probablement jamais ouvert 24h/24 comme la tutelle l’annonce. Le futur Hôtel Dieu ne pourra pas accueillir de malades, il ne soignera pas.


La population est mise en danger :

L’AP-HP veut installer son siège sur un site historique, vendre le domaine laissé vacant, et diminuer ainsi ses coûts de fonctionnement sur une échelle plus vaste.

La destruction du plus vieil établissement de santé de France, fondé en 651, site historique en plein cœur de Paris, hôpital accueillant de tous temps les indigents, est symbolique à plus d’un titre. Il signifie le début de la destruction de l’hôpital public.

Cette destruction brutale va gravement diminuer l’accès aux soins, surtout pour la population la plus démunie.

La fermeture d’un grand service d’urgence en plein centre de Paris va provoquer un afflux catastrophique et ingérable de malades dans les services d’urgences parisiennes déjà submergées et n’assurant plus la sécurité des soins.


Qui sera responsable devant la population ?

Madame Faugères, directrice générale de l’AP-HP, Monsieur Leguen, président du conseil de surveillance de l’AP-HP, et Monsieur Evin, directeur général de l’ARS porteront l’entière responsabilité de cette fermeture qui se soldera par des décès, faute d’accès aux soins d’urgence.

Madame Touraine, ministre de tutelle, sous l’autorité de Monsieur Hollande, Président de la République, ne pourra qu’être éclaboussée par ce scandale sanitaire en plein centre de Paris.


L’austérité tue :

La fermeture de lits d’hospitalisation complète, de services d’urgences, diminue mathématiquement l’accès aux soins. Toutes les études internationales montrent que la fermeture de services d’urgences et/ou de réanimation se traduit par une augmentation du nombre de décès évitables et par une dégradation de tous les indices sanitaires.


Le projet de l’AP-HP doit être abandonné :

L’AMUF demande que le projet de l’AP-HP soit retiré, que l’Hôtel Dieu garde son service d’urgences et ses lits d’hospitalisation complète, et que son projet médical avec éventuellement des restructurations soit en mesure de répondre aux objectifs de santé publique et aux besoins des malades de la capitale.


L’AMUF demande à Madame la Ministre de se positionner officiellement sur ce grave sujet :

Madame Touraine doit annuler la décision de fermeture de l’Hôtel Dieu, sous peine de couvrir de son autorité Madame Faugères, Monsieur Leguen et Monsieur Evin, passibles de poursuites devant les tribunaux de la république pour atteinte à la santé publique et mise en danger de la vie d’autrui en toute connaissance de cause.

L’AMUF interpelle solennellement les plus hauts représentants de l’état pour la sauvegarde du plus vieil hôpital parisien, pour la défense de l’hôpital public, garant indispensable de la cohésion sociale elle-même mise à mal en ces temps de crise économique.


(Communiqué AMUF du 18 juin 2013)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire