lundi 7 janvier 2013

Enquête engagée suite à l’expulsion d'une résidente d'un EHPAD privé



En expulsant une résidente de 94 ans, vendredi, pour impayés, les responsables d’un EHPAD de Chaville ont créée une indignation générale.

Quelque soit le motif invoqué « La Vie Hospitalière » ne rentrera pas dans cette polémique où l’humanité n’a plus sa place, c’est là toute l’ampleur d'une certaine inconsidération des personnes âgées par certains établissements privés, c’est là toute la logique comptable qui a pris le pas sur  la nécessité d’assurer aux personnes âgées ou en perte d’autonomie une couverture et tout autant un contrôle réel et sérieux sur les conditions d’hébergement dans ces établissements, et puis les prix de journées ne sont pas toujours justifiés (personnels  non qualifiés bien souvent ou en nombre restreint...(2)... )...

Ce que nous savons c’est que cette femme touchait une retraite de plus de 2.250 euros et que les impayés estimés à  près de 40.000 euros provenaient du fait qu’il y avait un blocage au niveau de la famille…c’est en tout premier lieu un problème de droit…mais en cette période d’hiver on évite d’expulser  les personnes (3) d’autant plus âgées...
Certes une enquête est diligentée, et Monsieur Claude Évin (Directeur général de l'ARS d'Ile-de-France) attend le rapport d'inspection avant d’en tirer toutes les conclusions possibles... mais les faits sont là, et n’en doutons pas moralement  cette femme qui s’est trouvée devant la porte close du domicile de son fils  et qui ensuite a été déposée par les ambulanciers au service des urgences de l’hôpital de Châteaudun…en gardera un souvenir qui n’est pas près de s’effacer car au fond, elle … elle est la pauvre victime dans l’affaire.

La logique budgétaire a pris  le pas sur l'éthique, la dignité et le respect des personnes il est , grand temps temps de revoir cette « logique »…



1)      « Villa Beausoleil » du groupe Steva, à Chaville ( Hauts-de-Seine).
2)    "La Vie Hospitalière" a déjà dénoncé certains cas de maltraitance dans ces EPHAD dont celui de la Fondation des Caisses d'Épargne et des Solidarités "Les Champs" à Coulommiers en Seine-et-Marne, qui en faisant  l'économie de personnels qualifiés avait fait que des cas de maltraitance graves s'étaient avérés ...mais il y a en a beaucoup d'autres...On ne les voit pas beaucoup prendre l'air les personnes qui sont dans l'enceinte de ces établissements...
3)      La loi de 1989 sur les baux d'habitation, a instauré une trêve hivernale des expulsions il apparaît qu’un flou juridique perdure concernant les EPHAD, il serait judicieux de  revoir cette loi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire