jeudi 15 novembre 2012

Manifestations contre l'austérité: les syndicats se sont mobilisés en Europe…



Des manifestations et grèves dans 22 pays européens, à l'appel de la Confédération européenne des syndicats (CES) qui voit bien que les peuples européens commencent à en avoir assez de payer les intérêts énormes des déficits, de payer ce qu’ en fait ils ne doivent pas, de supporter une politique insensée car elle va même jusqu’à la possible privatisation d’États (c’est du n’importe quoi) .
En France une intersyndicale (1) suivait ces manifestations et grèves derrière une banderole « Contre l'austérité et pour l'emploi et la solidarité en Europe".
Et, derrière cette banderole on  a bien évidemment vu les grands représentants de la CFDT et de la CGT , particulièrement dans les media francophones, c'est ceux là pourtant qui ont signé pour une certaine austérité dans la représentativité syndicale (2)…l’union fait la force, pour certains la force c’est celle comparable à une jungle, c'est-à-dire la représentation du plus fort…pour la cause… et il faut bien encadrer les mécontentements qui deviennent de plus en plus incontrôlables, ceci est une évidence…

Grèves générales en Espagne, au Portugal...


Le CES ne représente pas tous les syndicats européens!
Quant au CES notre mémoire ne nous faisant pas défaut nous nous rappelons que son secrétaire général John Monks avait appelé en 2005 à voter pour le Traité constitutionnel européen (si ce n’est pas faire de la politique, c’est quoi ?) quand l’on connaît les dérives actuelles il n’y a pas de quoi pavoiser.
Il existe d'autres organisations européennes et heureusement, autrement nous serions dans une sorte d'impasse intellectuelle, d'autant que l'on voit en France comment agissent certains "militants syndicaux" sur les lieux du travail, il y a largement de quoi  s'inquiéter et à juste titre  concernant certaines actions.

L'austérité n'est pas supportée par tout le monde!
Et,  pendant ce temps là l’austérité frappe pour le seul profit de la haute finance internationale - l’histoire des vases communicants vous connaissez ? -  la Grèce est le pays le plus durement touché, ce pays va vers une inéluctable faillite … c’est là la preuve que plus rien ne va au niveau économique et que tout sombre, mais certains trouveront là encore bien des moyens de se faire de l’argent …rassurez-vous…
La Grèce a averti ses créanciers qu'elle risquait la faillite s'ils ne se mettaient pas rapidement d'accord pour lui verser une aide financière bloquée depuis des mois. Cette déclaration a fait monter la pression après une réunion de la zone euro peu concluante.
Le ministre grec des Finances, Yannis Stournaras, a devant les députés européens auxquels il est allé expliquer la situation dramatique dans laquelle est plongée son pays, dit notamment :
"Nous devons faire attention. Je comprends qu'on fasse pression pour que la Grèce mette en oeuvre les mesures demandées en échange de l'aide, mais maintenant le risque d'accident est très élevé"…"Nous résistons de notre mieux, mais il y a des limites que nous ne pourrons pas franchir", a-t-il ajouté, craignant qu'un nouveau délai dans le déblocage de l'aide ne débouche sur une cessation de paiement.
Dans l'immédiat, la Grèce est sauvée de la faillite. Elle a en effet levé mardi 4,062 milliards d'euros en titres à très court terme. Cela doit lui permettre de rembourser vendredi pour quelque cinq milliards de créances…
Au bord de l'asphyxie, ce pays ne tiendra pas longtemps, nous sommes devant l’évidence que seuls des financements extérieurs apparaissent comme paliatifs,  ceci démontrant que les moyens financiers engagés et qui seront engagés ne sont pas anodins, ils contraignent la Grèce à suivre une ligne politique stricte.
La Grèce risque la faillite, l’Espagne, le Portugal, l'Italie pourront suivre…et peut être la France si nous n’y prenons garde.(3)

La Santé est malade
La Santé est malade, les hôpitaux publics se meurent doucement (à force de contraintes calculées dans le but de faire des économies…et ainsi plus de profits …à méditer…).
On réduit les effectifs (pour raisons budgétaires bien évidemment) on ferme des services et même des hôpitaux !
Des médecins qui ne peuvent plus accepter les conditions de travail vont même jusqu’à démissionner !
Ainsi 11 médecins urgentistes sur 12 viennent de démissionner du service des urgences des hôpitaux du Léman à Thonon (Haute-Savoie)…la Santé est malade, malade de la politique menée qui veut restreindre tout sans aucune prise de considération des réalités hospitalières !
Le pouvoir d'achat quant à lui est de plus en plus bas
Quant au pouvoir d’achat des français lui il baisse de plus en plus et ce n’est pas ainsi que l’on pourra prétendre mettre en avant un redressement économique, les gens se retrouvant avec des difficultés de plus en plus grandes pour tous leurs besoins la consommation des ménages ne peut que baisser.
Ce qui est grave c’est que des personnes ne peuvent plus accéder aux soins par manque de moyens financiers, pourtant l’on continue d’augmenter les coûts, alors le grand clash ne peut qu’ arriver…certains « syndicats représentatifs » devraient y songer, car les citoyens et citoyennes en ont assez d’être pris pour des imbéciles, on parle même d’augmenter la CSG (4)… ?... ils y arriveront faites leur confiance, ils savent ces gens là toujours trouver  un prétexte pour  vous saigner petit à petit…à croire qu'ils aiment le sang...
Quant aux dépenses de l’état elles sont effectivement colossales et  les économies ne sont pas à faire plus particulièrement sur la Santé, sur les effectifs des hôpitaux, sur la qualité des soins etc etc
Prenons l’exemple des dépenses ( injustifiées) de l’état comme l’Airbus A330  « Présidentiel » qui a coûté officiellement 176 millions d’euros …son premier vol s’est réalisé le 11 novembre 2010 pour une réunion du G20…on ne parle pas du coût de l’entretien,  ni des coûts des déplacements pour l’état…et l’État représente qui ?...l’État représente quels intérêts ?...
Les  politiques d'austérité sont des échecs, elles créent la misère,  divisent les pays qui commencent à se sentir menacés dans leur intérêts propres tout ceci à cause des orientations prises qui privilégient  non pas les peuples mais l'argent...parlons en, il est bon de prendre en considération que la zone euro est entrée de nouveau en récession au troisième trimestre et ceci pour la deuxième fois en trois ans !
C’est un nouveau signe de la dégradation de l'économie en Europe et ceci au même moment où la contestation des peuples  monte contre l'austérité de plus en plus accrue des gouvernements.

Ces politiques d’austérité participent paradoxalement  à  l'aggravation de la crise européenne c’est là aussi matière à une  contestation de plus en plus légitime.

Maintenant il faut se demander si après la manifestation d’envergure européenne du 14 novembre la Confédération européenne des syndicats (CES) envisage de rejoindre les peuples en colère (6), eux ils manifestent pratiquement tous les jours et c’est bien là toute la différence.




1) Cette intersyndicale est composée de la CFDT, de la CGT, de la FSU, de l'Union syndicale "Solidaires" et de l'UNSA.


2) L'austérité syndicale c'est aussi la perte significative d'un certain nombre d'heures syndicales, qui pour les petites organisations syndicales entraînent plus de difficultés, c"est aussi  l'acceptation de critères de représentativité ne profitant qu'aux plus forts, reniant par là même une valeur du syndicalisme qui est celle de la solidarité, et, démontrant une discrimination évidente. Comment prétendre représenter dans la globalité  des syndicalistes dès lors que l'on déconsidère et cherchent à neutraliser les différentes sensibilités qui font pourtant la force du syndicalisme dans ses revendications ?

Une loi scélérate :

Les effets délétères de la loi du 5 février 2010 qui a été orchestrée par le gouvernement Sarkozy on commence à en apercevoir  les fruits amers, avec la disparition programmée des petites organisations syndicales.

Ce  sera un échec cuisant pour le gouvernement actuel (épris de changement) si il ne modifie pas les orientations pernicieuses et discriminatoires de cette loi.


3) Comment continuer une politique axée sur la casse des services publics sans « prétexter des problèmes budgétaires graves justifiant des mesures en rapport », ils veulent avoir bonne conscience même si ils continuent « Tous ensemble » à nous envoyer droit dans le mur !

4) La CSG représente actuellement quand même l’équivalent d’un salaire, d’une retraite ou d’ une pension par an ! 


5) Le produit intérieur brut (PIB) de la zone euro a reculé de 0,1% au troisième trimestre, après s'être déjà replié de 0,2% au cours des 3 mois précédents ( selon une première estimation de l'Office européen de statistiques).

5) L'aide de ses créanciers comprend au total une tranche de 31,2 milliards d'euros, une autre de cinq milliards qui devait être versée au troisième trimestre et une dernière de 8,3 milliards d'euros pour le quatrième trimestre.

6) A noter que les grecs ont faits une grève générale les 6 et 7 novembre.


1 commentaire:

  1. Samedi 17 novembre à Ljubljana à l'appel des principaux syndicats de Slovénie environ 30.000 personnes ont manifesté contre la politique d'austérité du gouvernement de Janez Jansa (conservateur)!


    Sur les banderoles : "Nous voulons vivre, pas survivre, "Politique d'austérité = récession" ou encore "Le gouvernement perd la tête, la Slovénie sa jeunesse".

    "Les droits sociaux, les salaires, les retraites et les bourses d'étude ne sont pas les responsables de la crise actuelle, c'est le capitalisme avide qui l'a causé", a déclaré Dusan Semolic secrétaire général de l'alliance des syndicats indépendants slovènes (ZSSS).


    RépondreSupprimer