lundi 2 juillet 2012

Menace de grève de la faim de la part des chirurgiens au CHSF

Depuis le 26 juin les personnels du service d’orthopédie du Centre hospitalier Sud Francilien, à Evry (Essonne), sont en grève, dans une pétition, ils s'opposent à la suppression de 3 postes d'infirmiers dès le début du mois de  septembre ainsi qu’au fait que des postes d'aides-soignants ne seront pas remplacés.

Cette action, faite suite à l’appel d’une intersyndicale, est suivie d’une menace de grève de la faim, au 29 juin, par les 6 chirurgiens orthopédistes qui ne peuvent plus travailler correctement dans les conditions imposées par l’administration.


La réduction des effectifs ne permet pas de travailler dans de bonnes conditions, ainsi (pour exemple)  le manque évident de secrétaires fait que les prises de rendez-vous sont devenues difficiles et que les comptes rendus liés à l’hospitalisation des patients prennent plusieurs jours, voire plusieurs semaines de retard.

« La Vie Hospitalière » rappelle que cet établissement s’est illustré dans un Partenariat Public Privé (PPP) qui lui impose des contraintes budgétaires sans précédent, or ce mode de gestion privée des besoins publics est uniquement profitable aux groupes financiers qui trouvent là aussi le moyen de s’approprier l’espace public dans certains cas.
Quant aux établissements « publics » ils doivent payer des loyers exorbitants, et, engager des mesures réductrices de charges, ce sont bien évidemment et principalement les personnels qui font les frais de ces mesures !
Le paradoxe c’est que ce sont ceux qui travaillent qui subissent les contraintes alors que d’autres (qu’on ne qualifiera pas…)  se contentent d’amasser les fonds…qu’ils investissent de nouveau dans des opérations immobilières notamment.
Les citoyens, Les personnels, les patients… sont les premières victimes de ces opérations financières.
Mais les PPP c’est aussi une déréglementation de la commande publique…on rappelle que Nicolas Sarkozy, en janvier 2008) lors de la présentation de la nouvelle organisation sanitaire hospitalière a dit : »Le recours au PPP doit devenir la règle ! »…
On voit où ces orientations mênent…



Pour le CHSF, depuis son ouverture, les problèmes sont de taille et l’Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France (ARS) devant les déficits engendrés particulièrement par le loyer versé au groupe EIFFAGE fait pression tout autant afin que des réductions de personnels se réalisent.
On rappelle que l’ancien directeur du CHSF a préféré mettre fin à son activité suite à la demande de réduction des personnels émanant de l’ARS.

Tout est à revoir !...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire