lundi 5 mars 2012

Travailler sans payer, est un droit pour les infirmiers et infirmières !

Le 23 février 2012, interpellée par différents syndicats de la FPH sur :

- Les difficultés rencontrées par les personnels infirmiers.
- Le frein au recrutement et à la mise sous statut des IDE non adhérents à l’ordre infirmier.

Madame PODEUR, Directrice de la DGOS, a rappelé, si besoin était, que l’absence d’adhésion à l’ordre ne devait pas empêcher le recrutement dans les établissements de santé ainsi que la mise sous statut et titularisation des nouveaux diplômés.

Nous y voyons la confirmation de notre analyse, l’adhésion n’est pas obligatoire pour travailler et intégrer la fonction publique et en déduisons que si ce n’est pas un impératif dans le secteur public, ce ne peut pas, non plus, en être un dans le secteur privé.

Réunies en intersyndicale, nos organisations ont décidé de s’adresser ensemble :

- aux parlementaires sur l’ordre infirmier;
- aux ARS qui ne respectent pas la législation en vigueur pour délivrer le numéro ADELLI;
- à la DGOS pour qu’elle ait connaissance des pratiques des ARS concernées;

Nous proposons aux infirmier(e)s de s’adresser au président de la République en ces termes :

« Je vous prie de bien vouloir prendre acte par la présente de mon refus d’être régie par un ordre professionnel infirmier. Ni adhésion, ni cotisation, comme l’immense majorité de mes collègues je refuse de devoir payer pour travailler.
Dans l’attente que vous donniez suite à cette doléance, et aux milliers d’autres qui vous parviendront, en légiférant en ce sens, Acceptez Monsieur le Président de la République, mes respectueuses salutations ».


« Toutes et tous uni-e-s pour la fin de l’ordre Infirmier » et « on ne veut pas payer pour travailler »
sont les revendications d’une immense majorité d’infirmier-e-.s.



Action soutenue par la CFDT santé-sociaux, CFTC santé-sociaux, CGT Santé, CGT FO santé-sociaux, SNICS/FSU, SUD santé-sociaux, UNSA santé...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire