samedi 17 mars 2012

Non à la fermeture arbitraire de la maternité de la Seyne-Sur-Mer !

Le "Collectif varois de défense de l'accès aux soins" et le Collectif Femmes Ouest Var" appellent  à une manifestation le 21 mars, à 12 heures,  devant l'Hôpital Georges-Sand (1) de la Seyne-Sur-Mer, sachant qu'il est probable que la Maternité déménagerait ce jour là.

Les actions contre les citoyens et citoyennes de la part du gouvernement sont de plus en plus sournoises, respectant aucunement les populations désireuses de conserver leurs établissements de santé de proximité, ainsi la maternité de la Seyne-Sur-Mer est menacée de la manière la plus arbitraire qui soit, et, nous soutenons inconditionnellement le maire de cette ville qui défend corps et âme sa maternité.

Cette maternité victime de la politique menée et  insidieusement programmée pour la casse des petites maternités et de biens d'autres services qui peuvent même tomber pour des intérêts privés et ceci sans aucun respect des droits des personnes hospitalisées qui se retrouvent sans la liberté de choisir, ce qui est contraire à leurs droits, il est vrai que la France est aujourd'hui sous l'emprise de groupes financiers internationaux qui n'ont que faire des citoyens et citoyennes pour eux ce qui compte c'est la rentabilité de leurs investisements pour le reste c'est secondaire, très secondaire, le comble est que l'humain dans tout ceci passe au second plan !

Ainsi qu'une femme accouche dans un établissement dont elle n'a pas fait le choix, démontre combien lla situation est inadmissible et grotesque. C'est aujourd'hui le rendement qui compte afin que les dividendes des actionnaires soient en constante augmentation (2) c'est dans la logique comptable de ces individus, de  ces groupes financiers qui sont de véritables sangsues pour notre système de Santé!
Le 21 mars le déménagement de cette maternité pourrait se faire selon les informations qu'a pu avoir le premier magistrat de la ville de la Seyne-Sur-Mer.

L'opposition à ce transfert vers le nouvel hôpital de  Sainte Musse à Toulon, dont le Président du Conseil de surveillance est un le Maire de Toulon, Sénateur en plus ... (ancien secrétaire au territoire avec François Fillon en 2008) c'est vous dire la politique menée : le centralisme, l'optimisation des soins, la rentabilité pour les investisseurs (bien évidemment privés), le déplacement des petites structures hospitalières publiques, la vente des biens immobiliers du patrimoine public hospitalier etc etc ce sont les mêmes manoeuvres que l'on voit de plus en plus dans les régions, et,  tout ce qui peut être rentable est sous un prétexte ou un autre donné aux intérêts privés qui eux se font de l'argent sur le dos des citoyens et citoyennes spoliés, des usagers potentiels, des hospitalisés qui payent de plus en plus des coûts d'hospitalisations non pris en charge par la Sécurité sociale (dépassemets d'honoraires, coût prohibitif de prothèse etc) la morale en prend un sérieux coup, mais ces gens là qu'attendre d'eux ?

Ce sont des machines à calculer, ce sont des comptes bancaires, ce sont des personnes qui mènent notre pays à la ruine par leurs abus, par les déficits qu'ils créent eux mêmes afin de favoriser leurs "orientations politiques" (comme par hasard...)...
Ainsi il a été institué la T2A (tarification à l'activité) pour transformer l'Hôpital progressivement en entreprise, amenant les personnels à encore plus de contraintes, entraînant la fermeture de lits, de services, voire de petits établisements, il a été souscrit des emprunts toxiques dont les établissements hospitaliers payent les intérêts dont l'argent va bien quelque part... etc

Ainsi l'offre de soins sur le territoire Varois est très relative, il est mis en avant l'aspect économique avant celui de service public, et là où va l'argent de nos impôts ?


Il est temps de demander des comptes, de revoir tout autant les tarications des prestations privées qui augmentent régulièrement et qui font que l'accès aux soins pour tous devient de plus en plus difficile pour les plus défavorisés.



 Ils savent tirer profits de toutes choses,  il est grand temps de mettre un terme à toutes ces exactions.

Il apparaît nécessaire pour tous les citoyens et citoyennes de demander des comptes sur les dépenses publiques car plus le temps passe, plus nous payons des impôts et moins nous avons de services réellement  public.




Nous nous portons solidaires de la Maternité de la Seyne-Sur-Mer  et dénonçons le fait qu' il n'y a aujourd'hui plus aucun respect des citoyens et citoyennes.

Trompés, abusés, déconsidérés, méprisés, volés c'est ce que sont tous les usagers des services publics !






Article de "La Marseillaise" du 16 mars




1) L'Hôpital George-Sand regroupe les urgences, la chirurgie, la médecine, l'obstétrique, la pédiatrie, la chirurgie ambulatoire,  et,  les services médico-techniques (il a été ouvert en 1995).


2) Les conséquences de la privatisation des services publics, de cette fameuse mise en concurrence public-privé, sont très claires :  EDF en deux ans s'est autorisé une augmentation de l'électricité  de 8 %,  quant à GDF pour cette même période l'augmentation a été de... 25 %.
Sans plus de commentaire sur les impacts sur les budgets de toutes ces actions, dont seuls les actionnaires anomymes tirent profits.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire