mercredi 18 mai 2011

Radiothérapie publique menacée au Nord Seine-et-Marne : "Ne laissons pas faire !"

Le "Syndicat Autonome Santé" du Centre hospitalier de Coulommiers  (Seine-et-Marne) a posé plusieurs questions dans le cadre du Comité technique d'établissement (CTE) afin que le Centre hospitalier de Coulommiers se positionne par rapport à la menace qui pèse sur le service de radiothérapie du Centre hospitalier de Lagny (qui est un service public à part entière rappelons-le), l'organisation syndicale a marqué aussi son inquiétude concernant la perte éventuelle des activités liées à l'oncologie "pouvant être de nature à générer plus de problèmes budgétaires, dans l'avenir"...


L'une des questions a porté sur le financement des trois bunkers de radiothérapie qui seraient installés à Jossigny. En effet le Centre de Radiothérapie et d' Oncologie de Saint-Faron (1) à Mareuil-Lès-Meaux (CROSF) a précisé qu'il allait faire l'acquisition d'un deuxième bunker et que ces deux appareils iraient à Jossigny ...?...

Le "Syndicat Autonome Santé" du Centre hospitalier a dénoncé le fait que ledit CROSF  était très mal placé dans l'enquête de la revue "Le Point" : "Radiothérapie l'enquête qui dérange" en effet il  est sur les listes :
1) des 36 centres sous-équipés;
2) des 48 centres de radiothérapie saturés;
3) des 75 centres en sous-effectif...

Par contre le service de radiothérapie  de Lagny apparaît assez exemplaire (même si il ne dépasse pas le seuil des 600 traitements/an (2) prétexté par Monsieur Claude Evin, Directeur de l'ARS)...

Il apparaît important de maintenir ce service public de radiothérapie, même si dans le nouvel Hôpital de Jossigny il faudra trouver un fonctionnement judicieux (protocole d'accord public-privé) dans le seul intérêt des patients, le service public doit garder la tête haute face aux intérêts mercantiles.

Le Centre hospitalier de Coulommiers.
( Photo "La Vie Hospitalière" )

La Commission médicale d'établissement du Centre hospitalier de Coulommiers a lors de sa séance du 9 mai votée une "motion de soutien au maintien d'une radiothérapie publique de qualité dans le territoire Nord Seine-et-Marne" dans laquelle on peut y lire :

"La communauté médicale du Centre hospitalier de Coulommiers a, en deux décennies, tissé des liens étroits avec le service d'oncologie du Centre hospitalier de Lagny/Marne-la-Vallée, et plus particulièrement avec son service de radiothérapie.

Cette collaboration a permis, au fil des ans, de garantir pour les patients du bassin d'attraction de Coulommiers (80 à 100 000 habitant), une prise en charge complète dans le domaine de la cancérologie, au plus près du domicile des patients (et de leurs familles), dans le strict respect des critères de qualité et de sécurité de l'I.N.C.A.(...) Aussi, l'ensemble du corps médical du Centre hospitalier de Coulommiers exprime, par ses instances représentatives, son soutien au maintien d'une radiothérapie publique de qualité dans le territoire du Nord Seine-et-Marne."

Le "Syndicat Autonome Santé" qui rappelons-le était intervenu auprès de Monsieur Claude Évin, en son temps, estime que des fonds publics ne sauraient plus encore favoriser des intérêts privés, et, qu'il faut redonner au service public toutes ses possibilités d'attractivité.


1) Qui est un service de radiothérapie libéral ...
2) Si  une circulaire officielle de la Direction des Hôpitaux a indiqué qu' ... "Au delà de 450 à 500 traitements par an et par appareil, un centre est considéré comme saturé" ...que l'on nous explique pourquoi un critère de 600 traitements/an est depuis le seuil minimal acceptable ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire