mercredi 20 août 2008

Soutenez l'association des usagers de l'hôpital de Carhaix



Les responsables de la toute récente "Association des usagers de l'hôpital de Carhaix et des services de santé du pays Cob" prennent leur bâton de pèlerin. Objectif : rassembler plus de 5.000 adhérents avant la fin du mois.

"Plus nous serons nombreux, mieux nous serons écouté". C'est en quelque sorte la devise de l'association qui, moins d'une dizaine de jours après sa création, compte déjà quelque 300 adhérents.
Dire que son siège social se trouve au cœur du bivouac qui a retrouvé des couleurs serait un tantinet exagéré mais on n'en est pas loin. Car c'est là en effet que, face à l'accueil du Centre hospitalier, toutes les après-midi dès 14 heures, sont enregistrées les adhésions. Pour un euro symbolique, tout citoyen résidant sur le territoire du pays Cob (voire au-delà) peut devenir membre d'une association qui veut voir ses effectifs grossir rapidement, le cap des 5.000 adhérents étant envisagé avant la fin du mois. Pour ce faire, des courriers ont été expédiés dans les mairies des 110 communes du pays Cob, le but du jeu étant de trouver le maximum de relais afin que chacun puisse s'inscrire au plus près de son domicile. D'autre part, quelques personnes se sont portées volontaires afin de démarcher individuellement de futurs adhérents. En outre, des permanences seront tenues lors des rassemblements festifs du mois d'août. Un dispositif qui satisfait pleinement la présidente Régine Abéguilé-Mesgouez, convaincue qu'une fois de plus, la mobilisation sera générale. Car les enjeux sont de taille.
D'abord se pourvoir en justice, chose que, ses statuts ne lui permettant pas, le Comité de défense et de développement du Centre hospitalier ne peut faire. Le motif de la plainte, la mise en danger de la vie d'autrui lors de la fermeture (jugée illégale par le tribunal administratif) des services actifs de l'hôpital dans le courant du mois de juin. Les autres missions de l'association seront définies ultérieurement, des commissions devant être mise en place dès le début du mois de septembre. Définir les besoins des usagers, dire de quel hôpital la population a besoin, rencontrer généralistes et infirmières libérales afin de se faire expliquer pourquoi le taux de fuite est si important, etc... pourraient constituer des pistes de réflexion que le Conseil d'administration planifiera le moment venu.

D'ici là, la présidente souhaite que toutes les personnes disponibles pour assurer des permanences au bivouac se fasse connaître soit directement à la tente soit par mail.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire